Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 29 octobre 2014 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

    La bataille de Barranco del Lobo

    D’après « Revue militaire des armées étrangères » – Janvier 1910

     

    Il n’y eut pendant les journées des 24, 25 et 26 juillet que de légères escarmouches aux avant-postes ; du côté marocain, on se réapprovisionne en munitions, et du côté espagnol on organise le ravitaillement en vivres et munitions des troupes, de plus en plus nombreuses, installées sur les positions avancées (création d’un camp à la 2e caseta et d’ouvrages pour protéger la voie ferrée).

    Cependant, à la faveur de la nuit du 26 au 27, un parti rifain réussit à s’avancer jusqu’à la voie ferrée et à la détruire sur une longueur de 200 mètres entre la 1ère et la 2e caseta. Il apparaît, dès lors, comme indispensable, de faire protéger le convoi de ravitaillement des troupes des positions avancées par une forte escorte, ce qui est d’ailleurs possible en raison de l’arrivée des 6 000 hommes de la brigade de chasseurs de Madrid (général Pintos).

    Pendant qu’une troupe de protection immédiate, 6 compagnies, 1 escadron, 1 section d’artillerie, suit à peu près la même route que le convoi, une colonne forte de 4 bataillons, 1 batterie, sous les ordres du général Pintos, débouchant par la Laverie de plomb, doit se porter par le ravin du Loup (Barranco del Lobo) sur les plus hauts contreforts du Gurugu pour en déloger les Rifains.

    Ceux-ci laissent avancer les Espagnols jusqu’au ravin du Loup, puis, profitant de ce que cette partie du terrain échappait aux vues de l’artillerie établie à l’Hippodrome et au fort Camellos, ils fondent sur les troupes du général Pintos qui s’avancent en formations massées et les refoulent sur Mezquita, en leur infligeant des pertes considérables. Toutefois, les Espagnols, d’ailleurs très habilement secondés par leurs sections de mitrailleuses, réussissent à limiter l’échec et à donner ainsi au convoi le temps de rétrograder jusqu’à Mélilla.

    Les Marocains, dont le nombre a pu atteindre le chiffre de 5 000 à 6 000, se retirent à la nuit sur le Gurugu.

    Les Espagnols ont 800 blessés et 250 tués, dont un général (Pintos), 2 lieutenants-colonels, 1 commandant, 5 capitaines et plusieurs lieutenants.

    Les pertes ne furent pas moins sensibles chez les Rifains, si l’on en juge par la tranquillité relative avec laquelle furent effectués par les Espagnols, pendant les jours suivants, l’évacuation des blessés sur Mélilla et le ravitaillement en vivres et munitions des postes de Sidi-Ahmed-el-Hach et de Sidi-Mousa.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso