• 12 septembre 2014 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

    La bataille de Poltova

    D’après « L’Univers : Pologne » – Karol Forster – 1840

     

    Jusqu’en 1709, l’étoile victorieuse du héros suédois avait constamment brillé de l’éclat le plus vif, mais le moment approchait où elle devait pâlir. Enivré par ses succès, Charles XII résolut de détrôner Pierre le Grand et, dans ce but, il pénétra en Moskovie à la tête de trente-cinq mille hommes seulement.

    Ses premiers pas furent encore marqués par un triomphe : il battit le tzar à Hollozyn ; mais au lieu de se diriger vivement sur Moskou consternée, il se laissa prendre aux promesses séduisantes de l’ataman kosak Mazeppa, et entra en Ukraine afin d’y attendre les renforts que lui amenait le général Lövenhaupt.

    Dès lors, la chance tourna complètement : Lövenhaupt fut défait par le tzar ; Menzykoff s’empara de villes qu’avait occupées Mazeppa, et les rigueurs de l’hiver décimèrent l’armée suédoise. Mais rien ne pouvait abattre l’âme de fer de Chartes XII, qui puisait, dans l’excès même des revers, une énergie nouvelle.

    Charles se jeta donc sur Poltava, qu’il assiégea et le tzar s’empressa de voler au secours de cette place avec soixante-dix mille hommes de troupes. Malgré l’inégalité du nombre, Charles, qui n’avait environ que le tiers des forces ennemies, accepta le combat, au début duquel il fut grièvement blessé. Il fallut le porter sur un brancard.

    L’issue et les conséquences de cette journée sont connues : elles renversèrent à jamais la puissance suédoise et consolidèrent celle de la Moskovie. Charles XII manqua lui-même de tomber entre les mains de l’ennemi, et ne dut son salut qu’à la présence d’esprit de Poniatowski.

    « Cet officier, colonel de la garde de Stanislas Leszczynski, quoiqu’il n’eût point de commandement dans l’armée suédoise, devenu en cette occasion général, rallia cinq cents cavaliers auprès de la personne du roi, qu’il fit de force mettre à cheval. Cette troupe, rassemblée et ranimée par le malheur de son prince, se fit jour à travers dix régiments moskovites et conduisit Charles, au milieu des ennemis, l’espace d’une lieue, jusqu’aux bagages de l’armée suédoise » (Voltaire ; histoire de Charles XII).

    Cette journée néfaste arriva le 8 juillet 1709, et les Russes la célèbrent encore comme une fête nationale.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso