Restez à jour: Articles | Commentaires

  •  

     Carte des inondations défensives

     

    Les combats de la ligne Maginot aquatique

     

    Après la défaite de 1870, pour se protéger de son ennemie héréditaire l’Allemagne, la France avait créé une ligne de défense derrière les départements perdus de Moselle de d’Alsace, qui allait de Verdun à Belfort. C’est ce même principe qui est repris après la victoire de 1918 et la reconquête de nos départements.

    Dès 1925, le gouvernement décide la mise en place d’une ceinture de fortifications sur la nouvelle frontière. En 1929, André Maginot, alors ministre de la Guerre, en fait voter les financements. C’est la raison pour laquelle cette ligne portera désormais son nom.

    Toute la rive gauche du Rhin est occupée par les troupes françaises et alliées, mais le Land de Sarre a toutefois un statut particulier. Il n’est pas occupé. Les troupes françaises qui y sont présentes sont simplement en garnison. La Sarre est administrée par la Société des nations, en attendant que ses habitants se prononcent lors d’un plébiscite prévu en 1935. Les Sarrois devront alors choisir entre la France,  l’Allemagne et le statu quo. Pour des raisons diplomatiques et dans le but de ménager la susceptibilité des Sarrois, le gouvernement français décide de ne pas construire d’ouvrages défensifs sur la frontière entre le Land de Sarre et les terres françaises : c’est la fameuse trouée de la Sarre.

    Mais le résultat du vote est pour le moins incertain. Aussi, le maréchal Pétain (alors général en chef de l’armée française) décide-t-il dès 1927 d’étudier un système de mise en défense de cette trouée. La même année, le principe d’un système de défense par inondation est arrêté. Le concepteur en est M. Pariset, alors ingénieur en chef des ponts et chaussées.

    Le principe consiste à créer une série de réservoirs afin de disposer des réserves d’eau nécessaires pour faire déborder de leur lit les cours d’eau naturels parallèles à la frontière.

    Cette opération doit être réalisée discrètement, aussi est elle confiée à des entreprises civiles. Officiellement, il s’agit de travaux pour relier le canal des Houillères vers les mines de Sarre et de Moselle C’est ainsi que sont construits les étangs de Hoste-Haut et Hoste-Bas, de Dieffenbach-lès-Puttelange, du Welschof, de Rémering et de Hirbach pour le ruisseau du Mutterbach. Pour faire déborder l’Albe et la Sarre jusqu’à Wittring, l’armée dispose des réservoirs de Mittersheim, du Stock et éventuellement de l’étang de Gondrexange.

    Des barrages sont construits sur les cours d’eau afin d’en réguler la hauteur. Les travaux sont terminés en 1934.

    Le 13 janvier 1935, a lieu le plébiscite de la Sarre. Le résultat est sans appel : les Sarrois votent à 90 % pour leur réintégration à l’Allemagne. Il faut alors construire des blockhaus  et des obstacles anti-chars, afin de consolider la ligne de défense de la trouée de la Sarre, ainsi que des casernement à Lixing-lès-Saint-Avold, Barst, Leyviller, Saint-Jean-Rohrbach, Puttelange, Sarralbe, Oermingen et Sarre-Union. Ces différents ouvrages sont réalisés entre 1935 et 1938. Cette fois, les militaires participent aux travaux.

    Le 1er septembre 1939, la population civile est évacuée. Le 3 septembre, suite à l’invasion de la Pologne, la France déclare la guerre à l’Allemagne. En octobre, les effectifs sont triplés dans la trouée de la Sarre. On y compte pas moins de 7 divisions. Au mois d’octobre, l’armée commence à augmenter progressivement le niveau de l’eau. Plusieurs communes, dont Puttelange, sont alors inondées. Pendant les premiers mois qui suivent la déclaration de guerre, les deux ennemis se contentent de s’observer. C’est la « drôle de guerre ».

    Mais les choses changent à partir du mois de mai 1940. Le 10, les Allemands lancent une offensive en traversant les Ardennes, pourtant réputées infranchissables. Parallèlement, ils mènent des opérations de diversion sur la ligne Maginot afin d’y fixer les troupes ennemies.

    Les forces françaises situées en avant de la ligne principale de défense se retirent, remplacées par les corps francs, et reculent progressivement jusqu’au 15 mai.  Les inondations sont alors portées à leur maximum.

    Le 5 juin, les Allemands sont face à la ligne principale de défense. Le 12 juin, le général Weygand, commandant suprême de l’armée française, donne l’ordre de repli général vers le sud. Dans la trouée de la Sarre, ce repli est prévu pour le 14 au soir.

    Mais le matin du 14, le jour-même où Paris, déclarée ville ouverte, tombe sans combats et où les Allemands défilent sur les Champs-Elysées, à 400 km de la capitale sur une ligne Saint-Avold/Wittring,  les combats font rage, certainement parmi les plus violents de la bataille de France. Les Allemands lancent l’opération « Tiger ».

     

    Pour lire la suite

     

    Pour en savoir plus

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso