Restez à jour: Articles | Commentaires

  •  

     

     

    Le combat de Sidi-Rached

    D’après « Le livre du soldat : vertus guerrières » – Général Charles Thoumas – 1891

     

    La confraternité est le sentiment qui porte tous les soldats d’un même régiment, d’une même division, d’une même armée, d’une même patrie, à se considérer comme solidaires les uns des autres, comme obligés de se prêter un mutuel appui, de partager les mêmes dangers, les mêmes fatigues.

    « Un échange de services rendus, a dit le maréchal Marmont, une aide réciproque, doublent, décuplent la force et la sécurité de chacun ».

    C’est précisément dans l’état de guerre et au milieu des périls que se montre le plus habituellement cette habitude de camaraderie. Dans l’intérieur d’un même régiment, la camaraderie ou la confraternité peut être engendrée par l’esprit de corps, mais elle diffère essentiellement de cet esprit, en ce sens que celui-ci intéresse à l’honneur et à la réputation de la grande famille régimentaire chacun des membres de cette famille, tandis que la confraternité les relie entre eux par une sorte de mutualité.

    L’histoire militaire fourmille d’exemples dans lesquels les officiers et les soldats d’un même régiment se sont sacrifiés noblement à la confraternité.

    L’épisode de Sidi-Rached est resté à cet égard célèbre dans les fastes de l’armée d’Algérie et dans les traditions du 2e régiment de chasseurs d’Afrique. Le général Gentil opérait dans la tribu des Flittas avec une colonne dont faisait partie le 2e Chasseurs d’Afrique.

     

    Le 16 mai 1843, le jour même de la prise de la smalah d’Abd-el-Kader, le capitaine Daumas, envoyé en reconnaissance avec 50 chasseurs, s’étant trop éloigné du gros de la colonne, fut tout à coup enveloppé par plus de 1 500 cavaliers arabes, qui cernèrent complètement son détachement.

    Ne pouvant ni se faire jour par une marche hardie, ni envoyer demander du secours, Daumas se résigna à vendre chèrement sa vie et celle de ses hommes. Ils mirent pied à terre, après avoir gagné le marabout de Sidi-Rached, situé sur un petit tertre et, s’embusquant habilement, ils entamèrent avec les Arabes un vrai combat d’infanterie.

    Au bruit de la fusillade, le capitaine Favas, du même régiment, qui, avec 60 chevaux, éclairait aussi la marche du général Gentil, s’empressa d’accourir. Il ne se méprit pas sur la gravité de la situation, mais, estimant sans doute qu’il n’avait pas le droit d’exposer les hommes sous ses ordres à une mort certaine et inutile, il leur montra l’alternative dans laquelle ils étaient placés.

    Nos camarades, leur dit-il, doivent tous succomber. Voulez-vous partager leur sort et mourir glorieusement à côté d’eux ou bien regagner tranquillement la colonne et garder pour toujours au fond du cœur la honte d’une lâcheté ? Choisissez.

    - A eux ! à eux capitaine ! s’écrient tous les chasseurs d’une voix unanime. Aussitôt M. Favas commande la charge et s’élance à la tête de son détachement, après avoir pris la précaution d’envoyer prévenir le général Gentil.

    Devant cette furieuse attaque, les Arabes ouvrent leurs rangs, mais pour les serrer aussitôt et renfermer dans le même cercle les deux escadrons. Les nouveaux cavaliers mettent pied à terre et prennent place à côté de leurs camarades. La lutte reprend de plus belle ; l’attaque devient furieuse, mais la défense est héroïque.

    Tous les chasseurs auraient succombé cependant sans l’arrivée d’un bataillon du 32e, accourant au pas gymnastique et sans sacs. Après une lutte assez vive, les Arabes se dispersèrent.

    Sur 110 chasseurs composant les deux détachements des capitaines Daumas et Favas, 22 étaient tués et 30 blessés. Sur sept officiers, un seul était resté sain et sauf.

    Le bataillon du 32e était accouru au bruit de la fusillade, obéissant à cette loi de la confraternité qui unit ensemble tous les soldats d’une armée à quelque corps et à quelque arme qu’ils appartiennent.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso