• 17 avril 2014 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

     

    Le combat de Cossaria

    D’après « Dictionnaire historique des batailles, sièges, et combats de terre et de mer » – 1818

     

    A l’instant où les gorges de Millésime étaient forcées par le général Augereau, le 13 avril 1796, les Autrichiens et les Sardes étaient chassés de toutes leurs positions par les généraux Joubert et Mesnard, et un corps de quinze cents Autrichiens, que commandait le général Provera, se trouvait enveloppé par une manœuvre rapide et hardie des généraux français.

    Provera, ne voulant ni déposer les armes, ni se rendre prisonnier, se retira sur le sommet de la montagne de Cossaria, et se retrancha dans les ruines d’un vieux château , dont la position était très forte.

    Les plans de Bonaparte pouvaient être dérangés et déconcertés par ce mouvement audacieux, et par une résistance opiniâtre. L’artillerie d’Augereau reçut ordre d’avancer, et pendant plusieurs heures, on se canonna. Bonaparte, impatienté de voir qu’une poignée d’hommes arrêtait sa marche, somma Provera de se rendre. Celui-ci, ayant demandé à parlementer, proposait des conditions peu raisonnables, afin seulement de gagner du temps.

    Comme la nuit approchait, Augereau, fatigué de toutes ces lenteurs, marche sur le château de Cossaria avec ses troupes rangées en quatre colonnes. Joubert, grenadier autant par la taille que par le courage, et que ses connaissances militaires pouvaient mettre au rang des premiers généraux, était déjà avec sept hommes dans les retranchements des ennemis, quand une balle le frappa à la tête et le renversa ; les Soldats, le croyant mort, commencèrent par ralentir la marche, et finirent par rétrograder.

    Le plus profond silence régnait parmi les soldats de la seconde colonne, tandis qu’elle s’avançait vers le lieu où elle devait former son attaque. A peine arrivé au pied des retranchements ennemis, le général Banel reçoit un coup mortel. L’adjudant général Guénin, qui commandait la troisième colonne, périt de la même manière. La nuit suspendit le combat.

    Il pouvait arriver que, pendant l’obscurité, Provera cherchât à se faire jour l’épée à la main. Bonaparte, pour l’en empêcher, forma des épaulements avec des tonneaux, y plaça, à demi-portée de fusil, des batteries d’obusiers, et fit cacher derrière tous ses bataillons. Le lendemain, Augereau continua de bloquer Provera , et Bonaparte acheva sa victoire à Millésime. Provera, ne pouvant espérer aucun secours, et n’ayant pas de vivres, se rendit prisonnier de guerre avec ses troupes.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso