•  

     La bataille de Majuba Hill

     

    La bataille de Majuba Hill

    D’après « Précis de quelques campagnes contemporaines » – Émile Bujac – 1901

     

    Le gouvernement anglais avait commis la lourde faute de réduire considérablement durant l’été 1880, l’effectif du corps d’occupation dans le Transvaal. Il ne demeure que sept compagnies du 2e bataillon du Royal Scots Fusiliers, six compagnies du 94e, une compagnie du génie et quatre pièces ; de plus, ces compagnies sont fâcheusement disséminées. Il n’a même pas été jugé opportun de remplacer le King’s Dragons Guards par de l’infanterie montée.

    En Nathalie, séjournent une compagnie du 94e, un bataillon du 58e et un bataillon du 60e Rifles.

    Le 25 janvier 1881, sir George Pomeroy Colley entame son mouvement droit sur Sanderton. Le 28 au matin, il trouve les Burghers du commander général P.-J. Joubert en position à Laing’s-Nek. Après une trop courte préparation par l’artillerie (deux pièces de 7 livres, quatre pièces de 9 livres et trois fusées), le général anglais lance de front à l’assaut le colonel Deane à la tête de cinq compagnies du 58e, tandis que l’escadron d’infanterie montée du major Brownlow charge la gauche de l’ennemi.

    Mais Brownlow est refoulé, découvrant le flanc droit de la colonne assaillante, laquelle ne parvient que très péniblement à se déployer. Malgré les efforts du major Poole, les soldats reculent, surpris de se trouver en présence d’un adversaire bien armé et tenant ferme derrière ses abris. Les Anglais perdent 7 officiers et 75 hommes tués, 3 officiers et 109 hommes blessés. Les Bouren accusent de 70 à 80 hommes hors de combat (note de P.-J. Joubert  à P.-A. Cronje).

    De son camp de Mount-Prospect, le général Colley renouvelle le 8 février son offensive, autant pour préparer la saisie du col de Z’shaped plateau, que pour débarrasser les alentours des tentatives du vechtgeneraal Nicols Smit sur sa ligne de communications.

    Cette sortie aboutit, à midi, au combat de l’Ingogo ou de Schuinshoogte. Quatre compagnies du 60e Rifles, avec un peloton d’une quarantaine d’hommes d’infanterie montée et quatre pièces, abordent le plateau, mais sont rejetées après quatre heures de lutte, abandonnant deux pièces, sans même pouvoir recueillir les morts et les blessés (5 officiers et 61 hommes tués, 4 officiers et 64 hommes blessés).

    Par la nuit sombre, entre 10 et 11 heures, Colley s’esquivera, s’estimant heureux d’échapper à un désastre plus complet encore. Ce second échec ramène la Relief Column à Newcastle. Rien ne sera tenté avant d’avoir reçu les premiers secours, car, entre temps, le gouvernement a expédié d’Angleterre le 97e, des Indes trois bataillons (2e bataillon des 60e, 82e, 92e), deux régiments de cavalerie (15e hussards, 6e dragons) et une batterie.

    Le général sir Evelyn Wood, que la campagne contre les Zulus a mis en évidence, a été désigné pour prendre le commandement de ces forces supplétives.

    A cette date aussi, sur les instances du président Brand de l’Etat Libre, Paul Krüger adresse à sir George Colley une lettre (12 février), par laquelle il se déclare disposé à négocier sur les bases de la reconnaissance d’une république indépendante ; les Burghers, ajoute-t-il, sont résolus à combattre jusqu’au dernier homme contre l’injustice et la violence.

    Fâcheusement, la réponse du général anglais, en date du 21, ne parviendra pas dans les délais attendus au chef du gouvernement provisoire.

    De Mount Prospect, réoccupé le 19, sir George Colley pourra donc se croire parfaitement autorisé à entreprendre le 24, une reconnaissance offensive, à la suite de laquelle il décidera de surprendre par une marche de nuit Majuba Hill, point d’appui de la droite des Bouren.

    Il espère, par cette manœuvre, les obliger à évacuer Laing’s Nek, menacé de front par le colonel Bond avec le gros des forces. Une victoire, compensatrices des précédents échecs, servirait fort utilement les négociations. Néanmoins, l’heure choisie était inopportune.

    Le camp est délaissé le 26 à 10 heures du soir. Quatre compagnies s’échelonnent sur la ligne de retraite. C’est donc seulement avec trois compagnies du 58e (capitaine Morris), deux des Highlanders du 92e (major Hay), une compagnie du 3e bataillon du 60e Rifles et un détachement de 64 hommes de la Naval Brigade (commander Romilly) ; au total 725 hommes, que s’ose l’ascension pénible du piton fatal.

    Vers 3 heures du matin, la compagnie du 58e, qui tient la tête, garnit l’étroit plateau couronnant la pyramide. La queue de la petite colonne n’y parvient que plus d’une heure après. On ne craindra pas d’imposer à ces hommes épuisés, le labeur de retrancher méthodiquement leurs positions, faute essentielle que déplorera Carter. On négligera de même l’occupation d’une crête dominant le plateau.

    A la pointe du jour – avant même le coup de fusil tiré vers 5h30 par le lieutenant Lucy – les Burghers constatent la présence des Anglais au haut de la montagne. Ils prennent aussitôt leurs dispositions pour l’attaque.

    Des ravins boisés favorisent l’investissement ; peu à peu, le cercle se rétrécit. Le tir de la défense, gravement préjudicié par la nature du terrain, ne parvient pas à empêcher les progrès lents mais sûrs de l’assaillant (120 à 130 Burghers) en deux échelons alternés de feu et de marche (Veldt-Kornets Stephanus Roos et Joachim Ferreira).

    Un peu après midi, le péril se dénonce imminent sur les faces Est et Nord-Est. Un dernier effort, Ferreira franchit sur la droite le rebord de la plate-forme, bientôt rejoint par Roos. Au même instant, surviennent Trichard et Malan.

    Le général Colley tombe mortellement atteint. Les hommes, confusément agglutinés, ne peuvent être entraînés par leurs officiers à se servir de la baïonnette ; ils dévalent les pentes Sud, livrant au vainqueur : 5 officiers et 103 tués, 7 officiers et 121 hommes blessés, 8 officiers et 50 hommes prisonniers.

    Le général Joubert, dans son rapport sommaire au président Krüger, énonce un tué et cinq blessés.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso