• 29 décembre 2013 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

    La bataille de Magersfontein

    D’après « La revue des deux mondes » – 1902

     

    Le 11 décembre 1899, à Magersfontein, Lord Methuen fait exécuter à ses troupes une opération de nuit. C’est l’élite de l’armée anglaise, la garde et les Écossais qui, cette fois, vont donner.

    A la célèbre Black-Watch a été réservé l’honneur d’attaquer la première. Elle se forme en colonne par compagnies en ligne déployée à six pas, comme au camp de Salisbury-Plain, et c’est dans cet ordre qu’elle arrive à 800 mètres des Boers ; puis, trouvant plus loin des réseaux de fil de fer, elle les franchit sans modifier sa formation.

    Le jour va se lever. Elle s’avance encore de 200 mètres sur un terrain uni et découvert, sans prendre d’autres dispositions, pour mieux garder la troupe en main, comme le recommande le règlement. Les patrouilles boers avaient cependant éventé l’attaque et la côtoyaient en rampant.

    Il est 4h30. Le général Vanchope, qui commande la tête, est arrivé avec ses troupes à 400 mètres de la ligne ennemie. Il donne l’ordre de déployer et d’attaquer.

    Le mouvement commence à peine, lorsqu’un coup de feu, tiré de près par une patrouille boer, donne le signal. Une grêle de balles s’abat sur les troupes, les prenant de front et d’écharpe. En quelques secondes, le cinquième de l’effectif jonche le sol.

    Grâce à la célérité de tir des fusils à chargeurs, écrit un témoin anglais, le feu sans interruption continue écrasant. Les survivants se replient en désordre. Les officiers, en voulant se maintenir sur le terrain, succombent. Le général Vanchope est tué, les débris de la brigade se reforment péniblement en arrière. L’affaire a duré six minutes : 650 hommes, sur 3600 engagés, sont restés sur le terrain.

    L’artillerie anglaise se met en batterie et, couverte par les débris des Écossais, prépare le renouvellement de l’attaque par la garde. Il est 7h30. Celle-ci entre en ligne ainsi que les Gordon-Highlanders, primitivement laissés au convoi, et appelés en toute hâte.

    L’artillerie appuie de près l’attaque de l’infanterie. Les dispositions réglementaires sont, on le voit, exactement observées.

    Après une violente préparation par l’artillerie de campagne, appuyée par de grosses pièces de marine, qui tirent des projectiles à lyddite, les Gordon-Highlanders sont lancés à l’attaque.

    Ils sont décimés et ramenés sur leurs positions premières, où ils restent couchés tout le reste du jour, sans pouvoir avancer ni reculer.

    Au son des cornemuses, la brigade écossaise avait pu être ralliée par petits groupes et placée en avant de l’artillerie pour la couvrir. Mais, vers deux heures, les Boers, qui avaient presque cessé le feu, l’ayant repris soudainement, les Écossais se replient.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso