Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 10 octobre 2013 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     Le 7 octobre 1915 - Les combats de la ferme Navarin et de la butte de Tahure dans EPHEMERIDE MILITAIRE camp-de-tahure-150x150

     

    Les combats de la ferme Navarin et de la butte de Tahure

    D’après « La Grande guerre du XXe siècle » – Octobre 1916

     

    Un assaut rapidement mené par nos troupes, après une solide préparation d’artillerie, une violente réaction de l’ennemi, heureusement et promptement enrayée, telles ont été, sur le front de Champagne, les caractéristiques de la journée du 7 octobre.

    Nous nous trouvions en présence d’une deuxième position allemande à peu près intacte, nous étions accrochés au terrain dans des conditions difficiles. L’adversaire tenait, en face de nous et sur notre flanc, des hauteurs qui bastionnaient puissamment sa ligne. Nos troupes étaient obligées de se maintenir sur des pentes dénudées, dans des tranchées de fortune, sous les feux de flanquement de points d’appui solidement organisés.

    Les attaques du 7 octobre nous ont permis de modifier heureusement cette situation en poussant notre ligne en divers points sur les hauteurs et en retirant ainsi à l’adversaire l’avantage d’une situation partout dominante.

    L’assaut ne pouvait, comme celui du 25 septembre, s’étendre à tout le front. Nous n’avions pas les moyens de masser de grosses réserves en des places d’armes abritées. Nous n’avions plus la disposition de nombreux boyaux pour les ravitaillements et les évacuations. Notre artillerie ne travaillait plus sur un terrain qu’une étude de plusieurs mois avait pu lui permettre de repérer avec une minutieuse précision.

    En dépit de toutes ces difficultés, les attaques ont été brillamment exécutées et, malgré une brutale contre-offensive allemande, le bénéfice de ce nouvel effort a pu être conservé, notamment autour de la ferme Navarin et autour de Tahure.

     

    • Autour de la ferme Navarin.

    Des deux côtés de la route nationale de Souain à Sommepy, au nord de la ferme Navarin, les tranchées allemandes s’étendaient perpendiculairement à la route, tranchées des Vandales à l’Ouest, tranchées de la Kultur à l’Est, coupant dans leur largeur des boqueteaux de pins.

    Quand, au matin du 7 octobre, nos soldats, troupes d’Afrique d’une part, troupes de l’Est de l’autre, s’élancèrent sur ces tranchées, elles purent y constater l’efficacité du bombardement exécuté le 6 et pendant la nuit du 6 au 7.

    Les bataillons allemands qui les occupaient et qui appartenaient à des troupes du 10e Corps, retour de Russie, avaient durement souffert, du feu de notre artillerie. Les blessés n’avaient pu être évacués en raison de nos tirs de barrage dans la vallée de la Py, et ces troupes, jetées brusquement dans une position inconnue, coupées de l’arrière, soumises à la violence nouvelle pour elles, de nos rafales d’obus, n’opposèrent pas à la vague d’assaut une longue résistance. Ce qui restait du régiment, 482 hommes et 10 officiers, se rendit. Ils avaient, dès la veille, achevé leurs vivres de réserve. Depuis quatre jours, ils n’avaient rien eu à boire.

    Les Marocains poussèrent aussitôt de l’avant et surprirent, dans un camp, des troupes dont le colonel fut tué. Mais bientôt, ils se trouvèrent en butte au feu des mitrailleuses dissimulées dans les bois. Une contre-attaque allemande déboucha. Les Marocains ramenèrent quelques prisonniers et s’organisèrent dans la tranchée des Vandales.

     

    • Tahure et la Brosse-à-Dents.

    La prise de la butte de Tahure fut une opération menée avec la même méthode et le même succès : forte préparation d’artillerie, assauts bravement et rapidement donnés par une division de Picardie.

    Avant l’attaque, nous étions sur les pentes de la butte. Un régiment normand, dès le 28 septembre, était venu y creuser des tranchées sous le feu de l’ennemi. Son colonel, l’un des deux chefs du bataillon et le porte-drapeau étaient tombés, frappés par le même obus. Le drapeau, brisé, gisait à terre. Le chef de bataillon survivant prenait le commandement, entraînant le régiment en avant ; le drapeau fut relevé et les Normands organisèrent devant la ligne allemande une tranchée qui fut, pour l’assaut, notre parallèle de départ.

    Au sud de Tahure, le succès ne fut pas moins prompt. L’objectif de notre attaque dans cette région était le bois de la Brosse-à-Dents. La tranchée que les Allemands avaient organisée à contre-pente dans ce bois était orientée face au Sud, comme toutes les défenses de cette région. Les Allemands y avaient fait preuve d’une remarquable activité, car, depuis la première ligne jusqu’à Tahure, on ne compte pas moins de sept tranchées s’échelonnant sur une profondeur de trois kilomètres.

    Toute cette organisation défensive s’est trouvée compromise par notre avance sur son flanc Ouest, jusqu’à la butte de Tahure. Nos canons ont fauché les arbres-de la Brosse-à-Dents, et quand, le 7 octobre, à l’aube, Bretons et Vendéens sautèrent dans les lignes allemandes, ils y virent les longs sillons tracés par nos 75. Les tranchées étaient jonchées de cadavres. Là aussi, on fit des prisonniers affamés et assoiffés.

    Tahure est dans une cuvette étroitement resserrée entre la butte et la crête que borde le bois de Brosse-à-Dents. La prise de ces deux hauteurs rendait précaire la situation des Allemands dans le village. Ils n’y firent pas longue résistance, nos troupes le traversèrent rapidement et se portèrent aussitôt à 500 mètres environ à l’Est des lisières. Les caves étaient organisées en abris de bombardement, mais on n’y trouva pas grand monde.

    Les Allemands firent un gros effort pour reprendre le village et la butte.

    Vers 17 heures, ils déclenchèrent un tir d’artillerie lourde d’une extrême violence. Pendant une vingtaine de minutes, ils exécutèrent un « trommelfeuer » (feu en roulement de tambour ininterrompu), de 210 et 150 avec gaz suffocants. Tout disparut dans un nuage panaché de noir et de blanc.

    Cette dépense de munitions, fut vaine. Nos troupiers ne cédèrent rien de leur gain, et la journée du 7 octobre se termina pour l’ennemi par un nouvel et coûteux échec.

     

    [Bulletin des Armées, 10-13 oct. 1915]

     

     

  • 6 commentaires à “Le 7 octobre 1915 – Les combats de la ferme Navarin et de la butte de Tahure”

    • funedda on 16 novembre 2015

      Mon grand pere etait a la ferme si vous avez des renseignemets il etait un des rares survivants si vous avez des renseignements merci d avance.

    • Abonnat on 15 octobre 2018

      Mon arrière-grand-père a été blessé à cet endroit
      Caporal cycliste Abonnat Francis

    • Stéphane ABEEL on 28 octobre 2018

      Mon grand oncle Michel ABEEL s’est illustré à la Ferme Navarin le 6 octobre (Citation) en « traversant à plusieurs reprises un terrain continuellement battu par l’artillerie ennemie, pour maintenir la liaison entre son chef de bataillon et le colonel commandant la brigade » (extraits de son livret militaire)

    • DEBAY JEAN LOUIS on 2 novembre 2018

      mon grand père et mort là bas le 6 octobre 1915 il était caporal et s’appelait
      DEBAY LOUIS JEAN

      Peut être avez vous des renseignements?

    • Meslin Yves on 7 novembre 2018

      mon grand père Masclet Leopold est mort lors de ce combat le 7 octobre 1915 si vous avez des renseignements complémentaires…;merci d’avance

    • BULTEEL Gérard on 8 novembre 2018

      mon grand pére Achille Bulteel a été tué la , jamais retrouvé son corps , tué a l ennemi le 7 octobre 1915, 243 eme RI j ai aucune photo de lui il etait de Tourcoing 59 si quelqu un a des photos de camarade de regimets morts ou bléssé ou s en etant sorti , merci j ai 72 ans on a fait mett une plaque au monument ! son epouse ma grand mere est morte de chagrin en 1920 laissant mo pere ses freres et soeur pupilles de la nation leur tante ne pouvant les prendre , mais ne les a jamais laissé , elle leur a permis de bien demarrer leur vie ! merci a elle

    Répondre à BULTEEL Gérard


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso