• 4 octobre 2013 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

    Le 29 septembre 1364 - La bataille d’Auray dans EPHEMERIDE MILITAIRE la-bataille-dauray-150x150

     

    La bataille d’Auray

    D’après « Nouveau dictionnaire historique des sièges et batailles mémorables » – 1809

     

    Depuis vingt-trois ans, Jean de Montfort et Charles de Blois se disputaient à main armée la possession du duché de Bretagne. Leur ambition et leur commune jalousie rompirent toujours tous les traités.

    En 1364, Montfort reprit les hostilités avec plus de fureur que jamais. Il attaqua Auray, prit cette ville dès le premier assaut; mais le château, ayant fait une plus longue résistance, donna à Charles de Blois le temps de venir le secourir. Quelques tentatives d’accommodement furent inutilement faites avant la bataille. Les deux princes voulaient combattre, il fallut céder à leurs vœux.

    Duguesclin rangea les troupes de Charles en trois batailles. Un corps de réserve formait l’arrière-garde. Chandos plaça dans le même ordre l’armée de Montfort. On s’observa pendant assez longtemps ; enfin le signal du combat fut donné le 29 septembre.

    Chandos empêcha les troupes de Montfort de s’avancer les premières. Duguesclin ne put obtenir de Charles la même prudence. Emporté par un courage aveugle, ce prince passa un ruisseau qui le séparait de ses ennemis, et fondit sur son rival, qui l’attendait en bon ordre. Après les premières décharges des gens de trait, on s’approche, on se joint, on se renverse, on se donne la mort. L’honneur et l’intérêt animent également les combattants. Le vaincu devait perdre la couronne et la vie ; ainsi l’avaient décidé les seigneurs Bretons. Ce fut ce qui porta probablement Jean de Montfort à faire couvrir un de ses gentilshommes d’armes pareilles aux siennes.

    Trompé par cette apparence, Charles de Blois pique vers lui, l’attaque, lui décharge un grand coup de hache d’armes sur la tête, et l’immole à sa vengeance. Se croyant vainqueur, il s’écrie : Bretagne ! Bretagne ! Montfort est mort ! A l’instant, Montfort se montre, et dissipe par sa présence la funeste impression produite par ces cris de victoire poussés par ses ennemis.

    En même temps, sa réserve prend en queue la bataille de Charles, et l’enveloppe de tous côtés. En vain ce prince fait des prodiges de valeur, son bataillon ne peut soutenir les efforts concertés des assaillants ; il s’affaiblit, il cède, il recule pas à pas. Cependant Chandos et le célèbre Clisson courent de rang en rang animer les soldats de Montfort, et leur donnent l’exemple du courage. Duguesclin épuise les ressources de son art pour retenir la victoire, qui lui échappé. La mêlée devient horrible. La fleur de la noblesse bretonne et les plus braves anglais périssent dans les champs d’Auray.

    La terre est couverte de blessés, d’armes, de chevaux, de mourants et de morts. Chacun se disputait avec acharnement la victoire comme si la querelle lui était personnelle. Le moment décisif arrive. Charles, pressé de plus en plus, et se voyant sans espoir, cherchait une mort glorieuse. Un anglais l’atteint, le saisit par son bassinet, et lui plonge son épée dans la gorge. Il tombe, et cède, en expirant, la Bretagne à son compétiteur.

    Neuf cents hommes d’armes périrent dans cette journée. Duguesclin apprend ce malheur, il ne veut pas survivre au prince dont il a embrassé la cause ; couvert de sang et de blessures, la terreur qu’il inspirait encore dans cet état de faiblesse écartait de lui les plus intrépides guerriers.

    Chandos arrive, se nomme, l’invite à se rendre. Le héros breton cède à la fortune, et donne sa foi au général anglais.

    Le combat cesse, Montfort vient recueillir le fruit de sa victoire. A la vue du cadavre de son rival, des larmes coulent de ses yeux : Ah ! mon cousin, s’écria-t-il, par votre opiniâtreté, vous avez été cause de beaucoup de maux en Bretagne. Dieu vous le pardonne ! Je regrette bien que vous soyez venu à cette malefin…

    - Monseigneur, lui dit Chandos en l’arrachant de ce triste lieu, vous ne pouviez avoir votre cousin en vie et le duché tout ensemble ! Remerciez Dieu et vos amis.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso