• 11 août 2013 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     Le 8 août 1918 – Le dégagement de Montdidier dans EPHEMERIDE MILITAIRE carte-de-la-bataille-de-montdidier-150x150

     

    Le dégagement de Montdidier (8-10 août 1918).

    D’après « Les Batailles de Picardie » – Editions Michelin – 1920

     

    Depuis l’offensive de mars 1918, les Allemands étaient restés sur leurs positions. Ce secteur ne fut plus agité que par des coups de main réciproques ou par quelques opérations locales, destinées de part et d’autre à améliorer les positions.

    Dans la région de Mesnil-Saint-Georges tenue notamment par la 60e D. I., l’extrême droite de l’offensive allemande du 9 juin vint se briser contre la résistance des troupes françaises. Devant une seule compagnie du 248e de ligne, l’ennemi laissa plus de 200 cadavres.

    Le 1er août, il fit de nombreuses et vaines tentatives près de Mesnil.

    A partir du 3, les Français progressèrent lentement à l’est du village, préparant les positions de départ pour l’offensive de l’armée Debeney du 8 août.

    Le 4, les Allemands, sentant venir l’attaque, abandonnèrent une partie de leurs positions. Les Français occupèrent Braches, pénétrèrent dans Hargicourt malgré les arrière-gardes ennemies et atteignirent Courtemanche.

    Le 8 août, la 3e D. I. (9e corps) passe l’Avre au nord, enlevant et élargissant la tête de pont de la Neuville-Sire-Bernard et occupant les lisières ouest du Contoire et de Hamel. Le 9e corps est alors remplacé par le 10e, dont les trois divisions sont en ligne : les 152e et 166e, derrière le ruisseau des Doms, la 60e devant Montdidier

    Le 9 au matin, au lieu d’essayer de franchir le ruisseau marécageux, la 152e D. I., obliquant sur sa gauche, le passe à la Neuville-Sire-Bernard et permet, en progressant, à la 166e D. I. d’en forcer le passage de front à la hauteur de Gratibus.

    Pendant que les 126e et 153e D. I. enlevaient Hangest et son plateau, la 152e D. I. poussait son front à Contoire et Pierrepont ; la 166e D. I., qui n’a passé les Doms qu’après de rudes efforts, n’a pu prendre pied sur le plateau à l’est. Débordé par le nord, Montdidier va l’être par le sud.

    Le général Debeney, transporte rapidement sa masse d’artillerie de sa gauche à sa droite et déclenche une nouvelle attaque.

    La 60e D. I. se porte sur Montdidier, la 169e, de Domfront pousse vers le Nord-Est en direction de Faverolles pour couper la route de Montdidier à Roye, la grande voie de retraite de l’ennemi.

    La 133e D. I. attaque face à l’est pour masquer le massif de Boulogne-la-Grasse et couvrir le flanc de l’offensive ; derrière suivent la 46e D. I. et le 2e corps de cavalerie, prêts à exploiter le succès.

    Celui-ci est complet. Au soir, de Faverolles à Piennes, Montdidier est débordé par le sud. Assainvillers, Piennes et Faverolles ont été repris et l’ennemi se replie par la route de Montdidier-Andechy, qu’il a pu maintenir libre par sa résistance devant Gratibus.

    Dans la nuit, il évacue Montdidier dans le plus grand désordre en laissant des officiers mitrailleurs chargés de retarder l’avance française.

    Pendant que les troupes françaises pénètrent dans la ville, qu’elles tiennent entièrement, à midi, le 10, toute l’armée Debeney pousse vers l’est, les 47e et 56e D. I. s’avancent à l’Est de Villers-lès-Roye ; la 166e de Gratibus jusqu’à Lignières, la 60e jusqu’aux abords de Dancourt, la 46e à l’est de Tilloloy, la 133e jusqu’au Nord-Est de Fescamps, la 169e jusque devant le Cessier.

    Sur cette ligne, l’armée Debeney retrouve les vieilles tranchées de la guerre de position. Montdidier est largement dégagé.

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso