•  

     Le 7 avril 1994 – L’assassinat de dix parachutistes belges à Kigali dans EPHEMERIDE MILITAIRE les-dix-parachutistes-belges-de-kigali-150x150

     

    Le 6 avril 1994, en fin de journée, le président Juvénal Habyarimana rentre à Kigali à bord de son avion personnel. Il est accompagné de son homologue le président burundais Cyprien Ntaryamira. Alors qu’il s’apprêtait à atterrir à Kigali, l’avion est la cible de deux missiles et s’écrase non loin de l’aéroport. Il n’y a aucun survivant.

    Dans l’heure qui suit l’attentat, la garde présidentielle et les milices interahamwe entrent en action dans Kigali et dans certaines régions du Rwanda, notamment dans le Nord-Ouest.

    Présente en effectif réduit, la force de maintien de la paix des Nations-Unies (MINUAR), sous le commandement du général canadien Roméo Dallaire, tente de stabiliser la situation.

    Dans la nuit du 6 au 7 avril, l’état-major des FAR (Forces armées rwandaises) et celui de la gendarmerie, menés par le colonel Bagosora, s’affrontent verbalement avec le général Roméo Dallaire, qui rappelle l’autorité légale du premier ministre, madame Agathe Uwilingiyimana, pour prendre le contrôle de la situation.  Le Colonel Bagosora conteste son autorité.

    Le général Roméo Dallaire décide alors de donner une escorte de casques bleus à Madame Agathe Uwilingiyimana pour la protéger et lui permettre de lancer un appel au calme à la radio dès le lendemain matin.

    Le 7 avril à 2h00, dix parachutistes belges

    - Lieutenant Thierry Lotin, 1er Sergent Yannick Leroy, Caporal Bruno Bassine, Caporal Alain Debatty, Caporal Christophe Dupont, Caporal Stéphane Lhoir, Caporal Bruno Meaux, Caporal Louis Plescia, Caporal Christophe Renwa, Caporal Marc Uyttebroeck -

    partent du centre de Kigali, à bord de deux jeeps, afin de rejoindre le domicile du premier ministre.  Ils rejoignent cinq soldats ghanéens, également affectés à la sécurité du premier ministre à son domicile.

    Vers 7h00 du matin, des militaires rwandais encerclent le domicile du premier ministre et les membres de la garde présidentielle demandent aux Casques Bleus de déposer les armes.

    Suite à la fuite du premier ministre vers 8h30 (madame Agathe Uwilingiyimana sera retrouvée assassinée dans la journée), le lieutenant est déchargé de sa mission par ses supérieurs.

    Les Casques Bleus seront désarmés et conduits au camp militaire de Kigali. Certains militaires belges seront lynchés dès l’arrivée au camp, les autres résisteront jusqu’au début de l’après-midi dans un local où ils s’étaient réfugiés.

    Les cadavres seront retirés du local de l’ONU et dévalisés (uniformes, chaussures).

    Pour plus de renseignements sur ces événements

     

    La date du 7 avril a été choisie en tant que « Journée des Vétérans » par le gouvernement en 1998, en souvenir des dix para commandos assassinés à Kigali, ce même jour en 1994.

     

  • One Response à “Le 7 avril 1994 – L’assassinat de dix parachutistes belges à Kigali”

    • Ramiro André on 7 avril 2019

      Reposez en paix.

    Répondre à Ramiro André


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso