Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 11 février 2013 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

    La prise de Messine

    D’après « Histoire de France : Galeries historiques du palais de Versailles » – Charles Gavard – 1839

     

    Depuis longtemps la Sicile, mécontente de la domination espagnole, attendait l’occasion de s’en affranchir. La guerre allumée entre la France et l’Espagne lui en fournit les moyens.

    La ville de Messine donna le signal : les habitants réclamèrent la protection de Louis XIV et arborèrent l’étendard de la France. Ils avaient déjà reçu un premier secours, conduit en septembre 1674 par le marquis de Valavoir et le chevalier de Valbelle, qui occupaient la ville au nom du roi, lorsque le duc de Vivonne, nommé vice-roi de la Sicile, parut en vue de Messine le 11 février 1675.

    Il y trouva les Espagnols, qui, ayant joint à leurs vaisseaux et leurs galères ceux du royaume de Sicile, de Naples et de Sardaigne, composaient ensemble une flotte de vingt vaisseaux de guerre et de dix-sept galères, avec laquelle ils fermaient entièrement l’entrée de la ville. La flotte était commandée par le marquis de Viso.

    Le duc de Vivonne n’avait que neuf vaisseaux de guerre, une frégate et trois brûlots, il était accompagné d’un grand nombre de bâtiments chargés de troupes, de vivres, d’armes et d’autres secours qu’il portait aux habitants. Et voyant, qu’il n’était pas possible d’entrer dans Messine sans combattre les Espagnols, il résolut de le faire, malgré leur grande supériorité.

    Le marquis de Valavoir, qui avait été instruit du secours que le duc de Vivonne amenait, avait fait armer tous les vaisseaux qui étaient dans le port de Messine. Il ordonna au chevalier de Valbelle de se préparer à aller au-devant de lui.

    Les Espagnols, voyant que le duc de Vivonne s’apprêtait à combattre, se préparèrent de leur côté à se défendre. A peine le duc de Vivonne eut mis son armée en bataille, que les Espagnols, se confiant sur le nombre de leurs vaisseaux et de leurs galères, vinrent sur lui à hautes voiles.

    Le combat fut opiniâtre et sanglant de part et d’autre, et l’avantage fut quelque temps douteux. Mais le chevalier de Valbelle, étant sorti du phare au plus fort du combat avec les six vaisseaux qu’il commandait, tomba sur les Espagnols par derrière, et commença à les mettre en désordre.

    En même temps, le duc de Vivonne, secondé par M. Duquesne et le marquis de Preuilly d’Humières, profitant du mouvement qu’ils furent obligés de faire, les attaqua avec tant de vigueur, que toute leur armée fut obligée de prendre la fuite et de se retirer à toutes voiles à Naples, après avoir eu quatre vaisseaux coulés à fond et avoir perdu un monde considérable.

    Le duc de Vivonne entra le lendemain dans Messine, et y fut reçu et reconnu en qualité de vice-roi.

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso