• 1 février 2013 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     Le sacrifice des Gardes Suisses aux Tuileries en août 1792 dans PAGES D'HISTOIRE le-sacrifice-des-gardes-suisses-150x150

     

    D’après « Récit de la conduite du Régiment des Gardes Suisses à la journée du 10 Août 1792 » – Colonel Pfyffer d’Altishofen – 1824

     

     

    On a comparé la journée du 10 Août au combat des Thermopyles : les Spartiates combattaient pour leurs femmes, pour leurs enfants, pour leur gloire, pour leur patrie. Les Suisses ont combattu pour le sentiment du devoir, pour la foi aux serments, pour l’honneur de leur pays, pour celui de la renommée de leurs pères. Les Spartiates et les Suisses savaient d’avance qu’ils marchaient à une mort inévitable : tous l’ont acceptée de sang-froid, sans délibération et sans plainte, mais les Spartiates avaient leur Roi à leur tête, et ce roi n’avait point d’ennemis parmi ses sujets.

    Pourquoi l’admirable dévouement des Suisses du 10 Août n’a-t-il pas eu le succès pour récompense ? Dieu le sait ! Mais ce n’est point murmurer contre la Providence, que de gémir sur une catastrophe dont les suites ont si cruellement pesé sur la Suisse, sur la France, sur l’Europe !

     

    Dès le commencement de la révolution, la situation du Régiment des Gardes Suisses fut singulièrement pénible. Placé comme il l’était au foyer de l’anarchie, les scènes les plus désastreuses se succédaient rapidement autour de lui. Les journées de Réveillon, des Champs-Elysées, des 5 et 6 octobre, n’étaient que les faibles préludes d’événements plus sinistres encore, et surtout plus décisifs !

    Le Régiment, environné de périls, harassé de fatigues, développa, dans toutes ces circonstances, un caractère inaltérable de sang-froid, d’ordre, de discipline. Il conserva dans le trouble, sa ponctualité de service des temps calmes : on n’épargna rien pour corrompre les soldats, promesses, menaces, séduction de principes, exemple des autres troupes, tout fut employé, rien ne les ébranla. Leur fidélité jeta l’ancre au milieu de la tempête politique qui les investissait de toutes parts.

    Un décret de l’Assemblée Constituante avait anéanti la discipline dans l’armée. Il n’eut jamais aucune influence sur le régiment ; ce furent les soldats eux-mêmes qui réclamèrent le maintien des antiques règlements. Le corps entier ne formait qu’une famille, où le sort et les intérêts étaient mis en commun. Cet esprit de famille animait au même degré les subalternes et les chefs.

    Il est un genre de récompense qu’une conduite noble, fière, toujours semblable à elle-même ne manque jamais d’obtenir. Partout où un détachement des Gardes Suisses se présentait, il était respecté, quelque faible qu’il fût.

    Cependant, les circonstances de la révolution allaient toujours croissant de gravité ! Chaque jour augmentait les fatigues des troupes fidèles, et il n’était personne qui ne prévît une catastrophe inévitable et prochaine. Cette considération détermina les officiers qui étaient autorisés à aller jouir de leur semestre en Suisse à y renoncer, pour rester auprès de la personne du Roi, et partager le sort de leurs camarades.

    On leur fit connaître que l’intention formelle de Sa Majesté s’y opposait. Tous insistèrent ; tous chargèrent Monsieur le colonel d’Affry d’émettre de nouveau au ministre de la guerre, leur vœu formel à cet égard. Mais ces instances ne produisirent qu’un ordre positif du Roi, que tous les officiers portés sur la liste des semestriers, eussent à partir ! Le malheureux Prince cherchait à écarter l’ombre même de ce qui eût pu donner du soupçon.

    A mesure que le danger devenait éminent, et que l’on approchait de la crise, le caractère de loyauté du Régiment se prononçait davantage. Le sort qu’on devait attendre était connu de chacun, mais tous voulurent mourir plutôt que de compromettre l’honneur et la réputation des Suisses, et de souiller des drapeaux sans tache !

    De tous côtés, il arrivait des rapports sur les intentions hostiles des Marseillais, et l’on manquait de munitions ! Depuis longtemps les canons du Régiment avaient été livrés sur un ordre supérieur, contre lequel le corps des officiers avait en vain protesté. Les menaces des fédérés obligèrent les chefs à consigner les soldats dans les casernes ; on voulait éviter des querelles, qui pouvaient avoir des suites fâcheuses, et fournir des prétextes à la malveillance.

    Les officiers profitèrent de ce temps de retraite pour retracer aux soldats leurs devoirs. Ils le firent avec confiance et simplicité, ils leur montrèrent l’approche de l’orage, ils leur dirent que le temps était venu, où leur fidélité serait mise à la plus rude épreuve ! Il faut le dire à l’honneur de ces braves, les exhorter était chose inutile ; pas un seul n’hésita.

    Il n’y a que les âmes généreuses qui puissent bien comprendre une telle situation : elle dura plusieurs jours.

     

    Le 4 août, le Régiment reçut ordre de se porter sur Paris (l’on savait alors que les fédérés et les faubourgs devaient attaquer les Tuileries). Le Régiment partit la nuit des casernes de Courbevoie et de Ruelle, après avoir enterré une partie des drapeaux. Le Marquis de Maillardoz, Lieutenant-Colonel, et le Baron de Bachmann, Major, vinrent au-devant. Le corps marchait dans le plus grand silence, avec les précautions usitées en temps de guerre en pays ennemi. Ce silence même, un ordre admirable, la contenance ferme et froide des soldats, imposèrent sans doute aux factieux. Tout fut tranquille au château, et la même nuit le Régiment retourna aux casernes. Le lendemain, on en détacha trois cents hommes qu’on envoya en Normandie.

    Depuis le 4 août jusqu’au 8, la fermentation se développa. Dans tous les carrefours, les agents de la conspiration ameutaient et soulevaient le peuple. On les entendait provoquer publiquement au meurtre, au siège des Tuileries, au « châtiment du Tyran ».

    Le 8 août, sur les huit heures du soir, Monsieur d’Erlach, Capitaine de garde, remit à Monsieur De Glutz, Aide-Major, un ordre conçu en ces termes : « Monsieur le Colonel ordonne que le Régiment soit rendu demain à trois heures du matin, aux Tuileries ».

    Monsieur de Maillardoz avait reçu cet ordre de Monsieur Mandat, alors commandant-général de la garde nationale de Paris. On fit le partage des cartouches aux casernes, et l’on ne put pas en distribuer trente par homme ! Tout le monde marcha ; ceux qu’un âge avancé dispensait du service, voulurent le faire ce jour-là. Il ne resta aux casernes qu’un petit nombre de malades et les fourriers. A la porte Maillot, une ordonnance venant de Paris, remit au Commandant un laissez-passer, signé Péthion.

    La nuit suivante (celle du 9 au 10 août), Messieurs Mandat, de Maillardoz et de Bachmann, firent occuper les divers postes du château par la garde nationale et par les Suisses. On en plaça dans les cours, à la Chapelle, à la porte royale. Le Baron Henri de Salis, comme le plus ancien Capitaine du Régiment, commandait les postes des escaliers et de la cour de la Reine, et avait sous ses ordres le Chevalier de Gibelin, sous Aide-Major, trois cents hommes commandés par le Capitaine de Durler, qui avait sous lui Monsieur de Pfyffer d’Altishoffen Capitaine, et Monsieur de Glutz Aide-Major. Ils étaient placés dans la cour dite des Suisses, pour se porter comme réserve où l’on en aurait besoin.

    Les gendarmes à pied, arec une partie de la gendarmerie à cheval, vinrent se ranger dans la cour. Ne s’y trouvant pas commodément placés, ils allèrent se mettre en bataille auprès du Palais-Royal, et une partie de ces deux corps finit par charger les Suisses dans leur retraite.

    Des gentilshommes, des personnes sincèrement attachées au Roi, s’étaient rendus au château en assez grand nombre, armés d’épées et de pistolets. On doit louer une intention qui, de leur part, ne pouvait être qu’excellente, mais on doit franchement désapprouver leur démarche. Ils devaient embarrasser la défense, sans pouvoir dans aucun cas lui être utiles, armés comme ils l’étaient, et il faut avouer que leur présence inspira beaucoup de méfiance à la garde nationale.

    A onze heures du soir, on avait l’avis que le tocsin serait sonné à minuit. Bientôt on eut connaissance au château, de l’arrêté du faubourg St. Antoine, dont voici les principaux articles : « Assiéger le château, exterminer tout le monde qui s’y trouvera, surtout les Suisses, forcer le Roi à abdiquer, et le conduire avec la Reine et la famille Royale à Vincennes, pour s’en servir comme otages, dans le cas où les Etrangers se porteraient sur Paris ».

     

    A minuit, l’on entendit sonner le tocsin et battre la générale. Monsieur de Bachmann s’assura que tout était en ordre. Il donna des instructions aux officiers ; il envoya les officiers de l’Etat-Major visiter les postes. Depuis ce moment, cet officier ne quitta pas le Roi un seul instant. L’Europe sait qu’il a eu le même sort que ce Prince. Le son lugubre du tocsin, loin de décourager les soldats, les animait toujours davantage.

    A deux heures du matin, quatre bataillons des faubourgs étaient déjà arrivés sur la place du Carrousel pour exécuter leur horrible projet ; ils n’attendaient que leurs complices.

    Entre quatre et cinq heures, Monsieur Mandat reçut l’ordre de se rendre à la commune. On l’attendait pour l’égorger sur les degrés de l’Hôtel-de-ville. On savait qu’il avait en sa possession un ordre signé Péthion, de repousser la force par la force. On supposait faussement qu’il le portait sur lui, et l’on voulait par le meurtre, soustraire cette pièce à la publicité.

    Vers les six heures du matin, le Roi tenant par la main Monseigneur le Dauphin, descendit dans la cour royale, accompagné de quelques chefs de division et commandants de la garde nationale, et de Messieurs de Maillardoz, et de Bachmann. Il passa dabord devant la garde nationale, puis devant les Suisses qui crièrent : Vive le Roi !

    Au même instant, un bataillon armé de piques, qui entrait dans la cour, criait à tue tête : Vive la Nation. Il en résulta une discussion très vive, à laquelle les canonniers de la garde nationale surtout prirent beaucoup de part. Monsieur de Durler parvint néanmoins à les calmer, en leur représentant dans son singulier langage, que le Roi et la Nation ne faisaient qu’un.

    Le bataillon qui venait d’entrer dans la cour, reconnut qu’il n’était pas à sa place, et ils allèrent se ranger parmi leurs pareils.

    Bientôt après Monsieur Rœderer, Procureur-Général-Syndic, assisté d’un membre de la commune, tous deux en écharpe tricolore, et Monsieur de Boissieux, maréchal de camp, parcoururent tous les postes. Ils proclamèrent verbalement l’ordre déjà reçu par écrit, de défendre le château et de repousser la force par la force.

    Voici les termes de la proclamation : « Soldats, un attroupement va se présenter ; il est enjoint par le décret du 3 Octobre, à nous Officiers de la loi, de requérir vous, Gardes nationales, et vous, Troupes de ligne, de vous opposer à cet attroupement, et de repousser la force par la force ». Alors ceux des gardes nationaux qui n’avaient pas chargé, chargèrent leurs fusils, et les canonniers leurs pièces.

    A sept heures, les murmures recommencèrent, et des bataillons entiers de gardes nationaux se retirèrent. Les uns allèrent joindre les factieux, un grand nombre rentrèrent dans leurs foyers. Ce fut alors qu’une députation de la Garde nationale, conduite par Monsieur Rœderer, Monsieur de Baumez, et un troisième membre du département de Paris, vint solliciter le Roi qui rentrait dans l’intérieur du château, de se rendre dans le sein de l’Assemblée Nationale.

    Monsieur de Bachmann, témoin des instances par lesquelles on cherchait à arracher la détermination du Monarque, se retourna vers Monsieur de Gibelin, et lui dit : Si le Roi va à l’Assemblée, il est perdu. Ce sont les dernières paroles que les camarades de ce chef vertueux ayent recueillies de sa bouche. La Reine fit d’inutiles efforts pour empêcher ce funeste départ, après lequel la plus héroïque résistance ne pouvait plus avoir un heureux résultat, puisqu’elle était devenue sans objet.

    C’est à peu près vers neuf heures, que le Roi se décida à venir dans l’Assemblée Nationale avec toute la famille royale et quelques gentilshommes. Deux bataillons de la Garde nationale et les Gardes Suisses de garde, en tête Messieurs de Maillardoz, de Bachmann, de Salis-Zizer, aide-Major, Chollet et Allimann, adjudants, escortaient Sa Majesté.

    Ce départ fut décisif pour la Garde nationale qui occupait l’intérieur du château et les cours. La plus grande partie abandonna les Suisses. Les uns se réunirent aux bataillons des faubourgs et les autres se dispersèrent. Mais tous ne partagèrent pas cette honteuse défection, et parmi ceux qui restèrent fidèles, il faut citer à la postérité la presque totalité des braves grenadiers des filles St. Thomas.

     

    L’armée des faubourgs se mit en mouvement, ses canons en tête, et bientôt, on la vit s’avancer vers les portes du château. Le Maréchal de camp de jour se voyant presque seul avec les Suisses, jugea qu’il ne pourrait conserver les cours avec si peu de monde. Il cria : Messieurs les Suisses, retirez-vous au château. Il fallut obéir, abandonner les cours, laisser six pièces de canon à la discrétion de l’ennemi.

    On aurait dû prévoir qu’il faudrait les reprendre, sous peine d’être brûlé dans le château. Tout le monde le pensait, de simples soldats le disaient tout haut. Cependant, le respect pour la discipline fit obéir. On prit toutes les dispositions que le temps et les localités pouvaient permettre.

    On garnit de soldats les escaliers et les croisées du château. Le premier peloton fut placé à la Chapelle, c’est-à-dire, un peloton des grenadiers des filles St. Thomas en première ligne, les Gardes Suisses en seconde.

    Monsieur le Capitaine de Durler trouva au premier appartement, en face du grand escalier, Monsieur le Maréchal de Mailly qui était avec Monsieur de Zimmermann, Officier-général, et Lieutenant des grenadiers.

    Monsieur le Maréchal ayant annoncé à Monsieur de Durler qu’il était chargé de la part du Roi, de prendre le commandement du château, Monsieur de Durler lui dit : - Monsieur le Maréchal, quels sont vos ordres ? - De ne pas vous laisser forcer, répartit le Maréchal. Monsieur de Durler répondit : – On peut y compter. Ce fut le seul ordre que les Suisses reçurent de ce Maréchal de France. On ne leur reprochera point de ne pas l’avoir suivi à la lettre.

    Pendant que Monsieur de Durler parlait à ce Maréchal, il vit distinctement par la fenêtre, le portier du Roi ouvrir aux Marseillais la porte royale. Ils entrèrent peu à peu, en élevant leurs chapeaux, et faisant signe aux Suisses de venir les joindre. Un de la Lande, plus hardi que les autres, s’approcha d’une fenêtre et y lâcha un coup de pistolet. Le sergent Lendi allait répondre à cette insolente provocation, les officiers le retinrent. Mais cette preuve de modération, comme tous les actes de ce genre, ne tirent qu’enhardir les assaillants.

    Toute la colonne ennemie étant entrée, elle plaça ses canons en batterie. On égorgea des sentinelles suisses placées au pied du grand escalier, et les premiers Marseillais essayèrent de monter au poste de la chapelle, le sabre à la main. Messieurs de Durler, de Réding, Joseph de Zimmermann, et de Glutz aide-major, firent placer à la hâte une barre de bois en travers de l’escalier. Monsieur de Boissieux crut le moment favorable pour haranguer les Marseillais, mais d’affreux hurlements couvrirent sa voix. Les assaillants à la fin reconnurent l’inutilité de leur tentative. Ils se retirèrent en vociférant des injures contre les Suisses.

     

    Un peu moins de huit cents Suisses, les deux compagnies qui accompagnaient le Roi n’ayant pu prendre part au combat, deux cents Gentilshommes dont le courage était sans armes, un assez petit nombre de gardes nationaux intrépides et fidèles,tous sans commandant en chef, sans munitions, sans canons.

    Voilà l’état des choses au moment où le combat allait commencer et cette poignée de braves, répartis sur plus de vingt postes, étaient attaqués par près de cent mille hommes d’une populace exaltée juqu’à la fureur, qui avait avec elle cinquante pièces d’artillerie, qui disposait de la municipalité de Paris, et qui se sentait encouragée par le Corps législatif.

     

    La troupe des faubourgs fit une décharge qui blessa quelques soldats : les grenadiers des filles St. Thomas ripostèrent, les Suisses suivirent leur exemple, les Marseillais répondirent par une décharge générale d’artillerie et de mousqueterie, qui coûta la vie à beaucoup de monde. Ce fut dans ce moment, que Monsieur Philippe de Glutz lieutenant des grenadiers fut tué, et que Monsieur de Castelberg eut la cheville du pied fracassée.

    L’action, devenue générale, se décida rapidement en faveur des Suisses : le feu des croisées, et celui de la réserve de Monsieur de Durler, furent très meurtriers. En peu de temps, la Cour Royale fut évacuée ; elle resta jonchée de morts, de mourants et de blessés.

    Messieurs de Durler et de Pfyffer firent une sortie du château, avec cent-vingt hommes, ils prirent quatre pièces de canon, et redevinrent les maîtres de la porte royale. Pendant qu’ils traversaient le Carrousel, un autre détachement sous les ordres du Capitaine Henry de Salis, s’emparait de trois canons à la porte du manège, et les amenait jusqu’à la grille du château. De là, ce détachement parvint à rejoindre le premier, mais sous le feu de l’artillerie qui, de la porte de la cour de la Reine, tirait à mitraille sur les Suisses.

    Les détachements réunis portèrent l’épouvante et la mort parmi les assaillants. La cour royale fut couverte de leurs morts. Les Suisses enlevèrent une partie des canons de leurs adversaires, et ils réussirent à les conserver. Malheureusement, ils n’avaient point de munitions et ils ne purent faire qu’une seule décharge des canons conquis sur l’ennemi, les Marseillais ayant emporté dans leur fuite, les cartouches, les mèches et les lances à feu. C’est ce qui fit que les Suisses tentèrent toujours en vain, de faire taire un feu de mitraille qui, d’une petite terrasse placée vis-à-vis du Corps de garde desSuisses, plongeait sur la cour royale.

    Ces admirables soldats de la fidélité, essuyèrent un feu meurtrier, avec le sang-froid et la tranquillité du vrai courage. Les détachements étaient criblés, ils se ralliaient toujours de nouveau, après des efforts qui tenaient du prodige.

    Les Suisses restèrent maîtres du champ de bataille. Les officiers et les soldats s’attelèrent aux canons pris aux ennemis et les traînèrent. Partout on se battait avec un égal acharnement, partout l’ennemi était repoussé, et les Marseillais, qui formaient les têtes des colonnes d’attaque, s’éclaircissaient par des pertes immenses.

    Mais les Suisses voyaient avec anxiété qu’ils touchaient au moment où l’épuisement des munitions allait les exposer au feu de l’ennemi, sans moyen d’y répondre.

    Dans cet instant critique, Monsieur D’Hervilli, tué depuis glorieusement pour la cause royale à Quiberon, arrive sans armes, sans chapeau, à travers des coups de fusils et de canons. On veut lui montrer des dispositions qu’on venait de faire du côté du jardin. Il s’agit bien de cela, dit-il, il faut vous porter à l’Assemblée Nationale auprès du Roi.

    On crut pouvoir être utile à cet infortuné monarque ; et une voix, c’était celle du Baron de Viomesnil, Lieutenant-général, le frère aîné du Maréchal de France de ce nom, une voix amie qui cria : - Oui, braves Suisses, allez sauver le Roi, vos ancêtres l’ont fait plus d’une fois, en confirmant cette trompeuse espérance, emporta la résolution.

    Il fallut chercher à se rallier. On réunit les tambours qui n’avaient pas péri, on fit battre l’assemblée, et malgré une grêle de balles qui tombaient de toute part, on parvint à ranger les soldats comme dans un jour de parade.

    Pour couvrir la retraite, on pointa contre le vestibule deux des pièces enlevées aux assaillants, qui se trouvèrent encore chargées. On les plaça à côté de la grille. Monsieur de Durler y laissa deux hommes, avec ordre de lâcher leurs coups de fusil sur la lumière, si l’on était poursuivi.

    Cet ordre ne put pas être littéralement exécuté, mais l’un des deux hommes, le nommé Jean Hayot, du Canton de Fribourg (ce brave vit encore retiré chez lui) mit le feu très à propos à l’une des pièces, en battant le briquet sur la lumière. Messieurs de Réding, de Glutz, de Gibelin, aidèrent quelques soldats à transporter une troisième pièce de cation sous le vestibule, et ce fut dans cet instant que Monsieur de Réding eut le bras cassé d’un coup de carabine.

    On partit ; la traversée du jardin fut excessivement meurtrière. Il fallut essuyer un feu très vif, de canon et de mousqueterie qui partait de trois points différents, la porte du pont royal, celle de la cour du manège et la terrasse des Feuillans. Dans ce trajet, Monsieur de Gross eut la cuisse cassée par une balle ; il tomba près du bassin auprès du groupe d’Arria et de Pœtus.

    L’on arriva enfin dans les corridors de l’Assemblée Nationale. Le Baron Henri de Salis, emporté par son ardeur, entra dans la salle du Corps Législatif, l’épée à la main, au grand effroi du côté gauche de l’Assemblée. Les députés qui le composaient crièrent « les Suisses ! les Suisses ! » et l’on en remarqua plusieurs qui cherchaient à se sauver par les fenêtres.

    Un Membre de l’Assemblée vint ordonner au Commandant des Suisses de faire mettre bas les armes à sa troupe, le Commandant refusa de le faire. Monsieur de Durler s’avança vers le Roi et lui dit : « Sire, on veut que je pose les armes ». Le Roi répondit : « Déposez-les entre les mains de la garde nationale, je ne veux pas que des braves gens comme vous périssent ».

    Un moment après, le Roi envoya à Monsieur de Durler un billet de sa propre main, conçu en ces termes : « Le Roi ordonne aux Suisses de déposer leurs armes, et de se retirer aux casernes ».

    Cet ordre fut un coup de foudre pour ces braves soldats. Ils criaient qu’ils pouvaient bien se défendre avec leurs baïonnettes, plusieurs pleuraient de rage. Mais dans cette horrible extrémité, la discipline et la fidélité triomphèrent encore. Ils savaient que cet ordre de quitter leurs armes les livrait sans défense à des tigres altérés de leur sang. Tous obéirent.

    Ce fut là le dernier sacrifice qu’on exigea des Suisses.

    On sépara les officiers des soldats : ceux-ci furent conduits à l’église des Feuillans, les officiers furent déposés dans la salle des inspecteurs. Des députés y entrèrent pour les voir, en manifestant une sorte d’inquiétude qui, dans les uns était accompagnée de férocité et de bassesse, dans les autres de regret et de pitié.

    Vers le soir, quelques personnes généreuses, s’occupèrent à sauver les nobles restes du combat du 10 août et procurèrent aux officiers des déguisements et la faculté de sortir. Chacun isolément, se tira d’affaire comme il put. Ces fidèles défenseurs du Roi de France, erraient dans Paris, toujours proscrits par la fureur populaire, lorsqu’un décret du Corps Législatif, avait mis tous les Suisses sous la sauve-garde de la loi.

    Le château n’était plus défendu, les assaillants y entrèrent, massacrant lâchement les blessés et tous ceux qui s’étaient perdus dans l’immensité du palais. Une partie des Suisses qui occupaient les appartements, n’avaient pu se rejoindre au détachement qui se retira sur l’Assemblée Nationale. Ils descendirent au moment même où les Marseillais entraient dans le château.

    Ayant trouvé chargées deux des trois pièces, que Monsieur de Durler avait laissées ils y mirent le feu, ce qui leur donna le temps d’opérer leur retraite par le jardin. Le père Simon Lorettan, capucin et aumônier du régiment, se trouvait avec eux ; il fallut traverser au milieu des décharges de canons et de mousqueterie.

    Là périrent Messieurs le Comte de Valdner, Simon de Maillarvoz, de Muller et beaucoup de soldats. Cette petite troupe s’était dirigée d’abord sur l’Assemblée Nationale, elle en fut écartée à coups de fusils. Elle se porta au pont tournant, elle le trouva levé. Elle put enfin sortir par le jardin du Dauphin. Arrivés à la place de Louis XV, les Suisses furent chargés par la gendarmerie à cheval ; la plupart furent massacrés, et le père Simon Lorettan ne dut son salut qu’à son déguisement.

    Un moment après, le sergent Stoffel de Mels, canton de St. Gall, commandant de quinze hommes qu’il avait rassemblés de divers postes, se fit jour jusques sous le vestibule, où il trouva des Marseillais gardant les canons qu’on venait d’abandonner. Il les reprit sur eux, se défendit quelque temps, et réussit encore à opérer sa retraite sur l’Assemblée Nationale.

    Accablés sous le nombre, cédant le champ de bataille pour aller rejoindre le Roi, les Suisses n’ont pu laisser d’autres trophées, que les cadavres entassés de leurs ennemis. Mille traits particuliers d’héroïsme et de dévouement se perdent dans la gloire générale de cette journée, et nous regrettons de ne pouvoir en citer qu’un petit nombre.

    Monsieur de Montmollin qui venait d’entrer au régiment, emprunta un uniforme à Monsieur de Forestier, pour pouvoir se trouver au combat. Il était enseigne de bataillon ; il a conservé jusqu’à son dernier soupir son drapeau, qui lui a coûté la vie. Il s’était fait jour avec quelques soldats jusqu’au pied de la statue de la place de Louis XV. Ne pouvant avancer, il se battit comme un héros, et après avoir tué de sa main plusieurs ennemis, percé par derrière, il tomba entre les bras d’un caporal, qui se perdit sans pouvoir le sauver : « Laissez-moi périr ici, lui dit-il, et ne pensez qu’à sauver le drapeau ». Le caporal qui le soutenait, reçoit au même instant un coup mortel, et Monsieur de Montmollin, tombe en s’enveloppant dans son drapeau. Les meurtriers ne s’en emparèrent qu’en le déchirant.

    Gaspard Xavier Stalder, de la ville de Lucerne, sergent de la compagnie Pfyffer, défendit avec deux hommes, contre les Marseillais, un des canons qui leur avaient été pris. De son feu, il leur tua sept hommes, jusqu’à l’épuisement de ses cartouches ; il resta seul. Les deux soldats ayant été tués à côté de lui, il continua le carnage le sabre à la main. Après avoir perdu le bras droit coupé d’un coup de hache, il saisit son sabre de la main gauche, et terrasse encore ceux qui l’approchent. Il tombe enfin percé de coups, sur les corps de plus de vingt ennemis immolés de sa main. Des témoins oculaires parmi les ennemis, ont attesté ce fait, ils n’ont jamais parlé qu’avec respect de ce héros.

     

    Ainsi finit le Régiment des Gardes Suisses du Roi de France, comme un de ces chênes robustes, dont l’existence a bravé les orages de plusieurs siècles, et qu’un tremblement de terre a pu seul renverser !

    Il comptait un siècle et demi de fidèles services rendus à la France, il est tombé le jour même où l’antique monarchie française s’écroulait.

    Pour détruire ce corps respectable, il a fallu dans une circonstance décisive, la réunion d’une foule d’événemens malheureux. Il a fallu que les Suisses fussent privés de leur artillerie, de leurs munitions, de leur Etat-Major, de la présence du Roi, qu’ils fussent affaiblis peu de jours avant le combat, par un détachement de trois cents hommes, que les deux cents hommes qui accompagnèrent le Roi à l’Assemblée ne pussent pas tirer un coup de fusil, qu’au moment de l’attaque, un ordre mal calculé rendît inutiles les sages dispositions de Messieurs de Maillardoz et de Bachmann; qu’au moment d’une victoire, dont il fallait presser vivement les conséquences, un appel généreux mais imprudent, à la loyauté des Suisses, vint diviser et affaiblir la défense.

    Il a fallu enfin pour anéantir ce corps, éternel honneur de notre nation, réunir contre lui cent mille hommes et une artillerie immense !

     

     

    Hommage aux Gardes Suisses

    Image de prévisualisation YouTube

     

     

    630 Gardes sont morts le 10 août, et 156 faits prisonniers. Sans défense, ils seront à leur tour assassinés et mutilés dans leur prison lors des massacres du 2 septembre 1792. Leurs corps seront jetés dans un vaste charnier, à l’endroit où Louis XVIII fit construire la Chapelle Expiatoire.

    Le monument à la mémoire des Gardes Suisses a été érigé à Lucerne (Suisse) et inauguré le 10 août 1821, jour anniversaire de ce tragique 10 août 1792.

     

    Le 18 novembre 2005, monsieur Samuel Schmid, alors président de la Confédération suisse, assistait à une cérémonie privée au musée de l’Armée, hôtel national des Invalides à Paris, au cours de laquelle une plaque commémorative était dévoilée.

    Cette plaque, à l’origine destinée à la Chapelle Expiatoire, repose toujours « en dépôt » aux Invalides et donc soustraite au regard du public, suite aux refus des autorités françaises d’honorer pleinement la mémoire des Gardes Suisses.

     

     « Un serment a été passé, il vous faut l’honorer… »

     

     Pour en savoir plus sur l’association « Mémorial des Gardes Suisses »

     

     

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso