• 20 décembre 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     Le 20 décembre 1870 – Le combat de Querrieux dans EPHEMERIDE MILITAIRE le-combat-de-querrieux-150x150

     

    Le combat de Querrieux

    D’après « La France moderne. L’armée du Nord (1870-1871), campagne du général Faidherbe » – Edmond Deschaumes – 1898

     

    Le général Faidherbe possédait des renseignements assez précis sur les projets de Manteuffel. Il savait que la première Armée s’inquiétait de la position d’Amiens et que son chef concentrait des troupes nombreuses dans la région de Montdidier et Breteuil.

    Voulant arrêter les Allemands dans leur marche vers la mer, donner au général Briand le moyen de reformer l’Armée de Normandie, tout en forçant le maréchal de Moltke à veiller de Versailles sur ses manœuvres, Faidherbe, ne pouvant exposer Amiens aux horreurs d’une bataille, prit le partit de menacer la ville en se cantonnant dans une bonne position défensive et en attirant à lui tous les renforts que la région du Nord pouvait encore lui fournir.

    L’armée française, écrit-il, dans son ouvrage « La Campagne de l’Armée du Nord », s’établit sur la rive droite de la Somme, présentant une série de hauteurs dominantes par rapport à la rive gauche. On était ainsi parfaitement couvert vers le sud par la rivière et le canal avec de vastes marécages, très difficiles à traverser. Tous les ponts avaient été coupés. On adopta pour ligne de bataille, faisant face à la citadelle, seul point de passage laissé à l’ennemi, la vallée de l’Hallue où se trouvaient les villages de Daours, Bussy, Querrieux, Pont-Noyelles, Bavelincourt, Béhencourt, Vadencourt et Contay. La majeure partie des troupes y furent cantonnées ; le surplus occupait, le long du chemin de fer, la ville de Corbie, où s’établit le quartier général, et les villages environnants.

    Tous les corps étaient complétés. L’artillerie comptait 78 pièces, dont 12 de montagne. Une quatrième division (général Robin) composée de mobilisés venait encore de renforcer le 22e corps.

    Sur la proposition soumise au Gouvernement par Faidherbe, le commandement avait été organisé de la façon suivante :

    Armée du Nord

    Commandant en chef : général Faidherbe
    Major-général : général de division Farre
    Adjoint au major-général : colonel de Villenoisy

    Ier Corps (N°22) – Général de division Lecointe
    1ère Division : général de brigade Derroja
    2ème Division : général de brigade Du Bessol

    2e Corps (N° 23) – Général de division Paulze D’Ivoy
    1ère Division : Amiral Moulac (remplacé par le capitaine de vaisseau Payen)
    2ème Division : général Robin

     

    Manteuffel manœuvrait dans le même esprit que son adversaire. Il prenait ses mesures pour attirer à lui toutes les forces disponibles, inquiet de la vitalité surprenante de cette Armée du Nord qu’il avait cru briser à Villers-Bretonneux et qu’il retrouvait devant lui, plus forte, plus nombreuse, sur ce même terrain où elle s’était si honorablement conduite. La crainte d’un échec ou d’une bataille indécise le poussait donc à prendre toutes les précautions nécessaires pour être en mesure d’en finir d’un coup avec cet ennemi qui reparaissait plus menaçant, plus dangereux, après avoir été battu.

    Cependant, si le désir de Manteuffel était de vaincre, la situation ne lui permettait pas d’attendre indéfiniment. Il ne voulait pas perdre le fruit de la pointe qu’il avait poussée en Normandie ni compromettre l’occupation de Rouen. Il redoutait surtout d’ébranler la confiance de ses hommes en laissant l’Armée du Nord camper paisiblement sous les yeux d’une armée allemande à quelques kilomètres d’Amiens.

    En se rendant de Marseille à Breteuil, le général Manteuffel eut, le 19 décembre, une entrevue avec le général de Grœben, commandant le VIIIe corps. Après avoir conféré avec cet officier, il lui fit porter une brigade de renfort à Amiens et rapprocher ses cantonnements de la Somme.

    Pour obéir à ces indications, le VIIIe corps prit les emplacements suivants : la 16e division (général Barnekow) avec sa 32e brigade à Amiens et sa 31e à Sains et à Boves ; la 15e division (général Kummer) sur la Luce, une brigade à Demuin, l’autre à Rozières. L’artillerie se rendait à Ailly. La 3e division de cavalerie, reconstituée sous les ordres du général de Grœben, occupait Chaulnes et Lihons.

    Les quartiers généraux du commandant d’armée et du commandant de corps furent transportés à Amiens où, par ordre royal, le général Ruville venait d’être désigné comme gouverneur et le comte Lehndorf-Steinort comme préfet.

    Pendant que le VIIIe corps prenait ces dispositions, le major de Bock, à la tête d’un bataillon du régiment n° 44, de deux canons et d’une escorte de cavalerie, avait reçu l’ordre du général Mirus de reconnaître la grande route d’Albert.

    Le major fut attaqué avec sa petite colonne dans les bois d’Allonville, en avant du village de Querrieux. Il força les tirailleurs du 18e chasseurs et du bataillon du 33e de marche à rétrograder jusqu’à un moulin qui domine Querrieux, d’où il les délogea à coups de canon.

    Mais le général du Bessol suivait de Bussy l’attaque du major. Voyant que la colonne allemande n’était pas appuyée, il la faisait charger de flanc par une compagnie du 69e de marche et deux compagnies de mobiles du Gard qui faillirent lui enlever son artillerie. Malheureusement, les soldats du 33e de marche tirèrent par méprise sur les mobiles du Gard et ce moment de confusion permit aux Allemands de dégager leurs deux pièces et de se retirer. A la suite de ce léger succès d’avant-garde, nos hommes ramenèrent sept prisonniers non blessés et une calèche appartenant à un intendant.

    Nos jeunes soldats, qui s’étaient fort bien comportés pendant ce petit combat, rentrèrent dans leurs cantonnements, fort heureux de l’avantage qu’ils venaient d’obtenir.

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso