• 10 novembre 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

    D’après la revue « Le correspondant » – 1928

    La défense de La Koubba

     

    A 2 kilomètres à peine de Bou Halima, chef-lieu du secteur, quelques cahutes, non loin d’une koubba voisine, sont entourées de tranchées et d’un réseau. Le terrain est sans consistance, et les tranchées s’effondrent sans cesse de toutes parts.

    L’adjudant Chrétien, avec le maréchal des logis Duvernois et l’artilleur Soulage, le soldat Berger, un sergent sénégalais et 25 tirailleurs de la 5e compagnie du 1er sénégalais, y surveille la haute vallée de l’Oued Noual et les allées et venues des Branès qui se joignent aux dissidents. Il dispose d’un canon de 75, un canon de 37 et deux mitrailleuses, et peut communiquer à vue avec son commandant de compagnie, le capitaine Le Baron, établi à Bou Halima.

    La mobilité, l’énergique et habile politique du capitaine avaient assuré à cette partie du secteur une tranquillité relative jusqu’au 21 juin. Mais, dès ce jour, la situation change. Les Branès ont définitivement cédé aux objurgations et menaces des agents d’Abd-el-Krim, et ils sont parmi les plus acharnés de nos ennemis.

    Heureusement, Chrétien avait mis ce délai à profit son poste regorgeait de vivres et de munitions, la provision d’eau était abondante, et la garnison était prête à soutenir le siège auquel elle s’attendait.

    Le brouillard même ne devait pas gêner ses communications avec Bou Halima. Un chien bien dressé faisait la navette entre les deux postes, apportant comptes-rendus et renseignements, à travers les groupes ennemis qui laissaient sans méfiance passer le messager.

    Le blocus est cependant étroit et vigilant. A la fusillade s’ajoute, le 25, le bombardement par un canon que les assiégeants ont placé non loin de la koubba. Chrétien est blessé, tandis qu’il manœuvre lui-même le 37. Les obus bouleversent les tranchées, la cour et les bâtiments.

    Le 29, à minuit, croyant la préparation suffisante et la garnison à merci, l’ennemi lance un assaut furieux. Mais les grenades le chassent des réseaux, tandis que le canon de Bou Halima, tirant sur les abords, augmente son désarroi.

    Le lendemain, le bombardement redouble, la fusillade ne cesse pas. Les défenseurs, surmenés, ripostent sans arrêt malgré les ruines qui s’accumulent autour d’eux. Vers dix-huit heures, l’incendie se déclare dans les cases démolies, et de lourds nuages de fumée noire s’étendent comme un funèbre présage au-dessus de la koubba. Cependant elle résiste toujours.

    Quand la nuit tombe, le poste, vu de Bou Halima, n’est plus qu’un amas de décombres. L’assaillant le submerge sous les obus, et les ripostes commencent à faiblir. Sans doute, les défenseurs ont éprouvé de lourdes pertes, et leur fin semble proche. Alors le tir d’artillerie cesse brusquement ; une vague d’ennemis se rue à l’assaut. Elle est arrêtée net par les balles et surtout par les grenades qui tendent des voiles opaques autour de la koubba. Son reflux est cependant contenu par une nuée de guerriers accourant à la rescousse, et tous se précipitent de nouveau en avant.

    Vainement, Bou Halima fait feu pour enrayer l’attaque. Les ennemis sont trop nombreux, et ils veulent en finir. Les réseaux, les tranchées disparaissent sous un grouillement confus d’hommes qui envahissent avec des cris sauvages de triomphe la cour, les débris fumants. Quelques détonations s’entendent encore, puis c’est le silence de mort que trouble seulement le tir précipité du canon de Bou Halima.

    L’adjudant Chrétien et ses hommes ont héroïquement succombé sous le nombre, sans songer à se rendre et sans espérer du secours. Lorsque, vers la fin de septembre, le poste fut réoccupé, on trouva comme à Bibane tous les ossements des défenseurs, à la place de combat, dans les tranchées.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso