• 31 octobre 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     Le combat de Bassano

    D’après « Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français » – 1813

     

    Comme le mouvement du général Palombini sur Verone découvrait entièrement Bassano, le général Grenier, arrivé le 25 à Postuma, continua son mouvement le 26, et vint prendre position en avant de Castel-Franco. La division Gratien à San-Zenone, la division Rouyer à Rossano, la brigade de cavalerie du général Bonnemain à Bessega. L’ennemi était en position devant Bassano, faisant face à Castel-Franco. Vers le soir, il y eut entre les deux avant-gardes une légère escarmouche, sans avantage marqué de part ni d’autre.

    Le 27 et le 28 se passèrent donc en reconnaissances. Le 29, les Autrichiens se décidèrent à prendre l’offensive, et firent occuper Casoni, afin d’intercepter les communications entre les deux divisions franco-italiennes, qui se trouvaient à une distance de près d’une demi-lieue. Le général Bonnemain, placé à Bessega pour couvrir la communication entre Bassano et San-Zenone, pouvait ainsi être déposté par une brusque attaque, et une des divisions fortement compromise. En conséquence, le général Grenier résolut defaire reprendre Casoni.

    A cinq heures du soir, le général Bonnemain partit de Bessega avec un bataillon du septième régiment, deux compagnies du neuvième de ligne, et un escadron du trente-unième de chasseurs. Un autre escadron du même régiment fut dirigé par Cassola pour prendre l’ennemi en flanc. Le chef de bataillon Fouvielle, du septième de ligne, arrivé devant Casoni, attaqua ce village, et l’emporta après la plus vive résistance. La nuit mit fin au combat : la cavalerie ramassa quelques prisonniers, et rouvrit les communications entre Rossano et San-Zenone.

    Le lendemain, l’ennemi, ayant voulu reprendre Casoni, fut battu, et forcé de se retirer sur Bassano. Outre une centaine de prisonniers, sa perte fut assez considérable en tués et en blessés.

    Le prince vice-roi, arrivé le même soir à Rossano, résolut de ne pas laisser plus longtemps l’ennemi en possession de Bassano, d’où il pouvait inquiéter la marche de l’armée, et surtout le passage de la Brenta, puisqu’il ne restait plus aux troupes franco-italiennes, pour effectuer leur passage, que le pont de Fontaniva. Sous un autre rapport, l’intention du prince n’était point de livrer bataille sur les bords de la Piave. Non qu’il craignît le résultat d’un combat, mais parce qu’il ne voulait pas être suivi de trop près, afin de pouvoir compléter la garnison de Venise, et faire passer, ainsi qu’il l’avait résolu, le grand parc de l’armée par Padoue et par Legnago.

    Le général Grenier reçut l’ordre de s’emparer de Bassano. Le lendemain 31, vers midi, la pluie qui tombait presque continuellement depuis trois jours, ayant un peu cessé, les deuxième et troisième divisions, et la cavalerie du général Bonnemain marchèrent en avant sur trois colonnes. Celle de gauche se dirigea par la route de Casoni ; celle de droite, que commandait le prince vice-roi en personne, déboucha par la route de Musolente ; et celle du centre dut marcher par la route latérale de Bassano à Castel-Franco. La garde royale fut laissée en réserve en avant de Poggiano.

    L’ennemi en position devant Bassano, avait sa droite à Rezzonico ; sa gauche à San-Giacomo, avec une avant-garde à Casa-Negri, et des postes avancés vers Rosa et Casoni. Rien ne put contenir l’impétuosité des trois colonnes franco-italiennes. Avant la nuit les Autrichiens furent culbutés sur tous les points. Ils cherchèrent vainement à se défendre dans Bassano pour couvrir leur retraite, qu’ils avaient commencée aussitôt que les progrès de la colonne de droite leur avait fait craindre d’être coupés.

    Cette retraite se fit en désordre, partie dans la vallée de la Brenta, et partie vers Rubio sur la route d’Asiago. La perte de l’ennemi s’élevait à environ cinq cents morts, trois cents prisonniers et une pièce de canon.

    Le soir, la colonne de droite du général Grenier prit poste à Cavallino, et les autres dans Bassano, où le prince vice-roi se rendit également.

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso