• 30 octobre 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

    La nécropole nationale de Belleray (55) dans LIEUX DE MEMOIRE EN LORRAINE carte-de-belleray-150x150la-necropole-nationale-de-belleray-150x150 dans LIEUX DE MEMOIRE EN LORRAINE

     

    D’une surface de 72 ares, la nécropole nationale de Belleray a recueilli 1234 militaires morts pour la France : 1123 pour la période de 1914-1918, 111 pour la période de 1939-1945.

    65 tombes sont ornées d’une stèle musulmane et une stèle est israélite.

    210 gradés et 1024 soldats dont 45 soldats inconnus y reposent.

    Les morts de 1914-1918 tombèrent lors de la bataille de Verdun. Ceux de 1939-1945 faisaient partie de l’Armée d’Afrique, lors des combats de la Meuse en 1940.

     

    Ce cimetière fut créé pendant la Grande Guerre, en 1916, pour y inhumer les blessés décédés dans les hôpitaux militaires de Verdun.

    À l’origine, chaque tombe était entourée d’un cadre de bois de hauteur variable donnant un aspect touffu, disparate. La croix de bois portait le nom et le régiment, ainsi qu’une cocarde ronde, tricolore, en tôle. Une délibération du 8 août 1920 « officialise » la présence du cimetière militaire de Belleray.

     

    À 100 mètres de l’extrémité Est du village, sa présence reste discrète tout en demeurant dans l’intimité spirituelle d’une commune particulièrement éprouvée. Il borde la Meuse, rivière devenue un mythe à travers le monde par son symbole de ligne infranchissable autour de la place forte de Verdun.

    Cette nécropole est longée par le chemin de la Falouse que des milliers de blessés ont suivi, de l’hôpital de Bévaux à celui de Dugny, dans un long calvaire. Ceux, trop faibles, qui n’ont pu supporter cette ultime étape, ont été enterrés dans ce cimetière dit « d’ambulances ».

    Dans ce lieu, le pèlerin devine les côtes de Meuse où tant de sang a été répandu, avec les dômes boisés des forts Saint Michel, Tavannes et le prestigieux Souville où s’est brisée l’extrême percée de l’ennemi.

     

    Une stèle sur laquelle figure les noms des régiments comptant des tués qui reposent dans la nécropole sera érigée en 1931. Elle sera rénovée deux fois.

     

    A proximité, dans le cimetière civil, le calvaire communal, transféré en 1928, confère une unité du souvenir. Le socle rappelle la liste des enfants de Belleray morts pour la France.

     

    Sources : Mairie de Belleray

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso