Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 16 août 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     Adjudant-chef Paul-Noël OLIVESI dans A NOS ANCIENS Adjudant-chef-OLIVESI-150x150Insigne-239°promotion-150x150 dans GUERRE D'INDOCHINE

     

    Paul-Noël OLIVESI est né le 22 décembre 1913 dans le village de Conca, dans le sud de la Corse. De 1935 à 1936, il fait son service dans la marine.
    Puis, en 1937, il décide de s’engager au 1er Régiment de tirailleurs
    algériens à Blida, en Algérie.

    OLIVESI sert toujours en Afrique du Nord lorsque lʼAllemagne nazie lance son offensive sur la métropole.
    En juin 1941, il rengage au 1er RTA, au sein de l’armée dʼarmistice.
    Il est promu sergent avant d’être démobilisé et de se retirer en Corse.
    A l’été
    1943, l’île est occupée par 15000 Allemands et 80000 Italiens. Le 8 septembre, l’Italie dépose les armes.
    Les Alliés en profitent pour envoyer à Ajaccio le bataillon de choc, un régiment de Tirailleurs marocains et un groupement de tabors.
    OLIVESI se porte volontaire pour combattre aux côtés du bataillon de choc.
    Ce dernier reçoit pour mission de couper la route de repli des Allemands de Bonifacio à Bastia.
    Ainsi, le 22 septembre, OLIVESI va prendre part à la défense de son village lors de l’attaque d’une compagnie ennemie.
    Pour ce fait d’armes, il obtient la croix de guerre et
    est cité à l’ordre de l’armée.

    En janvier 1944, il s’engage au titre du 2ème groupement de Tabors marocains.
    En juin, avec son unité, chargée de renforcer la 9e division dʼinfanterie coloniale dans le cadre de lʼopération « Brassard », il prend part au
    débarquement sur lʼîle d’Elbe. Il sʼillustre à nouveau au combat et est cité à l’ordre du régiment.
    Le 18 août 1944, le sergent OLIVESI participe à un nouveau débarquement, en Provence cette fois.
    Il est présent lors des combats pour la libération de Marseille. Il accompagne ensuite la chevauchée de l’armée de Lattre le long de la vallée du Rhône.
    En octobre, dans les Vosges, il est cité à l’ordre de la brigade après avoir remplacé son chef de section tué lors d’un assaut.

    En novembre et décembre, lors de la bataille de la crête des Vosges, par un froid glacial et une neige abondante, il accomplit avec succès les missions de
    reconnaissance qui lui sont confiées.
    Il obtient une citation à l’ordre du corps d’armée.
    Enfin, en mars 1945, avec le 2ème  groupement de Tirailleurs marocains, il franchit la frontière du Reich et, en avril, il se distingue à nouveau dans d’âpres
    combats, autour de Baden-Baden.
    En récompense de sa bravoure, il est décoré de la médaille militaire et obtient une deuxième citation à l’ordre de l’armée.
    Du 30 avril au 8 mai, son unité poursuit les Allemands en Bavière jusqu’à la frontière autrichienne.

    En 1946, de retour au Maroc, il est promu adjudant.
    En avril 1947, il embarque pour lʼIndochine afin de rejoindre le bataillon de marche du 4ème régiment de Tirailleurs marocains à Saïgon.
    En décembre, dans le delta du Mékong, les combats de Thoi-Hao lui valent la croix des théâtres dʼopérations extérieurs avec une première citation à l’ordre de la division.
    En janvier 1948, il est promu adjudant-chef.
    En mai, il sʼillustre à nouveau en Cochinchine, dans la région de Long -Thanh en infligeant des pertes sévères aux vietminh. Il est cité à l’ordre du corps d’armée.
    En octobre, il réitère ses faits d’armes dans le secteur de Vinh Long et obtient une citation à l’ordre de la division.
    En décembre, ce meneur dʼhommes brise net une contre-attaque ennemie à Gia Thuan. Il est cité à l’ordre du corps d’armée.
    En mai 1949, il sʼillustre de si belle façon dans le secteur de Bien-Hoa qu’il obtient quelques temps après la légion dʼhonneur ainsi qu’une palme supplémentaire.
    En juillet, opérant à nouveau dans le secteur de Vinh Long, il gagne une citation à l’ordre du corps d’armée alors que, par son audace, il parvient à chasser
    lʼennemi de ses positions. En août, dans les combats de Ba-Chuc, son courage est récompensé par une palme.
    Enfin, entre janvier et mars 1950, les actions qu’il mène lors de patrouilles lui font obtenir une cinquième palme avant qu’il ne regagne le Maroc.

    De 1951 à 1952, lʼadjudant-chef OLIVESI effectue un deuxième séjour en Indochine au sein du 11ème Tabor chargé de lutter contre le vietminh au Tonkin.
    En 1952, il retrouve le Maroc où il sert successivement au sein du 8ème Tabor, puis du 1er Tabor.
    En 1954, après 19 ans de service, il se retire dans son village natal.

    Lʼadjudant-chef OLIVESI sʼéteint le 5 août 2003 à Conca.

    L’adjudant-chef OLIVESI est titulaire des décorations suivantes :
    Chevalier de la Légion dʼhonneur,
    Médaille militaire,
    Croix de guerre 1939-1945 avec 2 palmes, 1 étoile de vermeil, 2 étoiles de bronze,
    Croix de guerre des théâtres dʼopérations extérieurs avec 3 palmes, 3 étoiles de vermeil, 2 étoiles d’argent,
    Médaille de la Résistance,
    Médaille coloniale avec agrafe « Extrême-Orient »,
    Médaille commémorative 1939-1945 avec agrafes « France » « Libération » « Allemagne »,
    Médaille commémorative de la campagne d’Italie,
    Médaille commémorative de la campagne dʼIndochine.

    L’adjudant-chef OLIVESI est le parrain de la 239ème promotion de l’Ecole Nationale des Sous-Officier d’Active.

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso