•  Le 23 juillet 1812 - Le combat de Mohilow dans EPHEMERIDE MILITAIRE Le-combat-de-Mohilow-150x150

     

    Le combat de Mohilow

    D’après « Histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837 »
    Abel Hugo – 1838

     

    Le maréchal Davoust arriva à Minsk le 8 juillet. Après y avoir séjourné quatre jours, il dirigea le corps du général Grouchy et les brigades Colbert sur Orsza, et se porta, avec le reste de ses troupes, sur Mohilow. Il s’était assuré, par une reconnaissance, que Bagration avait traversé la Bérésina à Bobruisk, mais il ignorait complétement la marche que l’armée russe avait suivie depuis.

    Grouchy trouva le pays abandonné par l’ennemi. Il se dirigea alors vers les cantonnements du roi Murat, qu’il alla rejoindre autour d’Inkowo. Colbert rejoignit la garde à Witepsk.

    Davoust parvint, sans rencontrer vestige des Russes jusqu’à Mohilow, dont il s’empara le 20 juillet. Trois bataillons, qui occupaient cette ville, se retirèrent sans la moindre résistance.

    Le lendemain matin, un régiment de chasseurs fut envoyé en reconnaissance sur la route de Staroi-Bichow, par laquelle Bagration avait pu se diriger sur Mohilow. L’armée de ce général avait en effet pris cette route. Des cosaques, qui marchaient à son avant-garde, surprirent, le 22 au matin, à la sortie d’un bois, à environ quatre lieues de cette ville, le régiment de chasseurs français. L’escadron qui marchait entête fut pris, le régiment culbuté, et poursuivi jusqu’auprès de Mohilow, où un régiment d’infanterie repoussa les Cosaques.

    Les forces de Bagration s’élevaient à 25 000 hommes d’infanterie, 10 000 de cavalerie, et 5 000 de Cosaques.

    Davoust ne pouvait opposer à ces masses formidables que deux divisions de son corps, réduites à cinq régiments car elles en avaient laissé un à Kowno, un autre à Minsk, et un troisième était encore en arrière, avec une brigade de cavalerie légère cependant, trouvant la disposition des lieux favorable pour lutter contre des forces supérieures, il se décida à marcher au devant du général ennemi.

    A trois lieues environ de Mohilow, on trouve le hameau de Saltaitka, situé sur la grande route, au bord d’un ravin. Ce fut là que le maréchal français prit position avec deux régiments d’infanterie et l’artillerie des divisions. Sa gauche était assurée par le voisinage du Dniéper ; sa droite, au contraire, pouvait être tournée, et la supériorité des forces de l’ennemi le lui faisait craindre. Il plaça donc trois régiments en échelons, aux points où des routes de traverse venaient aboutir, deux le long d’un bois qui borde la route à gauche, avant d’arriver au ravin, le troisième devant Mohilow. La cavalerie était en réserve à droite de la route.

    On employa la journée du 22 à barricader le pont de Saltaitka, et à créneler les maisons qui l’avoisinent. Sur la droite, à peu de distance, était un autre pont près d’un moulin ; on le détruisit, et on crénela aussi les maisons qui l’environnaient.

    Pendant ce temps, Bagration s’avançait, mais avec des intentions tout autres que celles que lui supposait Davoust il avait espéré devancer les Français à Mohilow. Dès qu’il fut informé de la marche du général français, il fit construire un pont à Staroi-Bichow, pour y passer le Dniéper ; et afin de masquer cette opération, il continua son mouvement offensif.

    Il arriva devant Saltaitka, le 23, à sept heures de matin. Le combat s’engagea aussitôt. Bagration étendit sa gauche jusque au-delà du moulin, fit attaquer ce poste par de l’infanterie et s’en empara. Bien certain que l’ennemi ne cherchait point à le tourner, le maréchal Davoust fit ordonner à deux régiments qui étaient en échelons de venir le joindre, et avec deux bataillons, il reprit l’offensive et força les Russes à repasser le ravin. Il les faisait, en même temps, attaquer en avant de Saltaitka ; mais là les Français furent obligés de se replier, après avoir obtenu quelque succès. Le combat dura jusqu’à six heures du soir.

    Bagration rétrograda jusqu’à Staroi-Bichow, où il passa le Dniéper ; puis il se dirigea sur Smolensk, où il arriva le 3 août. Davoust ne le poursuivit point. Il revint à Mohilow, et s’y arrêta quelques jours. Il quitta cette ville, le 28, pour se rapprocher de l’Empereur, en remontant le Dniéper.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso