• Le 23 mai 1940 - Le combat de la ferme des Cendrières dans EPHEMERIDE MILITAIRE La-ferme-des-Cendrières-150x150

    La ferme des Cendrières : un sacrifice héroïque

    D’après un article de l’encyclopédie « La France contemporaine – Les années quarante »

     

    A une trentaine de kilomètres au sud de Sedan, les Allemands se heurtent à une résistance acharnée de la 3e division d’infanterie motorisée appuyée par les éléments de la 3e division cuirassée dans la région de Stonne.

    La 7e compagnie du 67e régiment d’infanterie est commandée par le lieutenant Crambes. C’est un officier qui possède avant tout le sens scrupuleux du devoir, l’orgueil des missions difficiles. Sa détermination est partagée par le lieutenant Bes de Bere qui le seconde efficacement et par toute la compagnie.

    Pendant huit jours, ils sont encerclés dans la ferme des Cendrières. Au milieu des blessés et des mourants, ils livrent un combat qui parait désespéré, mais une foi et une résolution inébranlables les animent.

    Les Allemands leur demandent de ses rendre. Le lieutenant Crambes refuse … et pourtant sa compagnie de 120 hommes a littéralement fondu. Ils ne sont plus que 30, assommés de fatigue, affamés, au bord de l’épuisement, sans liaison.

    Les Allemands veulent en finir : après une préparation d’artillerie d’une violence terrifiante, les fantassins débouchent à 200 mètres des derniers défenseurs.

    Malgré la fumée, les rafales d’armes automatiques, ils continuent de tenir. La perte des deux officiers ne fait pas cesser le combat. Sous le commandement du caporal Elmosino, le gradé le plus ancien, les rescapés se rassemblent hors de la ferme en flammes. Mais le dépôt de munitions à son tour est incendié … Sans munitions, le combat devient impossible.

    La ferme des Cendrières, c’est Sidi-Brahim, c’est Camerone. Les sacrifices de la 7e compagnie du 67e régiment d’infanterie, des lieutenants Crambes et Bes de Bere rachètent sur le plan moral les départs hâtifs et précipités.

    Les Allemands rendront hommage à l’héroïsme de tous ces combattants, mais, pendant ce temps, les Panzer se sont élancés vers l’ouest, vers la mer, vers Dunkerque.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso