Restez à jour: Articles | Commentaires

  •  

     

    Le combat et la prise de Bentheim

    D’après « Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français » – 1795

     

    Le 2 mars, les brigades des généraux Jardon et Meynier s’emparèrent encore de la forteresse de Bourtanges, que ne purent défendre différens détachements des légions de Salm et de Rohan, qui y étaient en garnison. Les Français firent à l’ennemi, dans ces deux affaires, trois cents prisonniers, et lui prirent trois pièces de canon, deux caissons et beaucoup de bagages, sans compter ce qu’ils trouvèrent dans les forts.

    Ces dernières opérations assurèrent aux Français la possession des sept Provinces-Unies. Les Anglais, qui s’étaient enfuits aussi rapidement que les guerriers de l’armée du Nord marchaient à eux, venaient enfin d’évacuer entièrement la province de Frise, et s’étaient retirés en Westphalie, derrière le cordon de troupes que le roi de Prusse venait d’y établir, depuis Wesel jusqu’à Emdem. Les Français les poursuivirent jusqu’à l’Ems, mais, le dégel et les pluies rendant alors les routes entièrement impraticables, ils s’arrêtèrent sur les bords de cette rivière, et y prirent position.

    Cependant, le 4 mars, le général Moreau pénétra dans la Westphalie, entra en vainqueur, dans la ville de Bentheim, et s’empara du château de ce nom, qu’occupaient encore les Anglais. On fit sur eux huit cents prisonniers, et l’on prit vingt pièces de canon. Mais, Pichegru ayant annoncé l’intention de donner enfin quelque repos à ses troupes, Moreau fit un mouvement rétrograde, et se mit en ligne avec le reste de l’armée française.

    Les deux divisions de l’armée de Sambre-et-Meuse, qui avaient passé le Rhin et occupaient le comté de Zutphen et une partie de la province d’Over-Yssel, devenant inutiles dans ces contrées septentrionales, repassèrent le fleuve. Elles suivirent les mouvements que l’armée de Jourdan fit en remontant le Rhin, pour se rassembler particulièrement vers Coblenz, et remplacer, autour de Luxembourg, l’armée de la Moselle, qui se joignit à l’armée du Rhin devant Mayence.

    L’occupation du comté de Bentheim, dit M. le général Jomini, mit fin à cette expédition pénible, hardie, et aussi glorieuse pour les armées françaises, qu’elle le fut peu pour les chefs des armées alliées.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso