Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 16 janvier 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     Le 15 janvier 1810 - L'occupation de Vich dans EPHEMERIDE MILITAIRE Le-maréchal-Suchet1-150x150

     

    L’occupation de Vich

    D’après « Tableau des guerres de la revolution de 1792 à 1815 » – Pierre Giguet – 1838

     

    Le 7e corps, appuyé sur les places de Barcelone, Girone, Figuères et Roses, était destiné à réduire la Catalogne. Cette tâche fut au-dessus de ses forces. Ses opérations se réduisirent à assurer les communications avec la France, à approvisionner Barcelone, à faire tomber quelques points fortifiés, enfin à soutenir Suchet.

    Deux routes principales sont ouvertes entre les départements du midi et la Catalogne : l’une descend dans la Cerdagne, longe la rivière de Segre et se réunit à Lerida, avec un des embranchemens de la seconde. Celle-ci, à peu de distance de la mer, que longe un chemin secondaire, traverse la Fluvia, le Ter, le Llobregat, l’Ebre et les forteresses de Figuères, Girone, Hostalrich, Barcelone, Taragone, col de Balaguer et Tortose. A Barcelone, à Taragone elle jette, sur la droite, deux bras qui se joignent à Lerida d’où ils conduisent à Saragosse.

    Lors de l’ouverture de la campagne, l’armée active était autour de Girone, et les levées espagnoles, occupant Vieil, étendaient leurs ailes, l’une du côté de Figuères, l’autre dans les montagnes qui encaissent le Llobregat. Elles n’avaient point une organisation redoutable. C’étaient en grande partie des Somatènes qu’il avait été impossible d’enrégimenter.

    Au premier mouvement sérieux des Français, elles se replièrent au-delà des monts et s’établirent sur le haut Llobregat. Augereau, après avoir pris possession de Vich, fit ses dispositions pour enlever Hostalrich dont la garnison le séparait de Barcelone. Cependant il partit luimême avec 900 hommes pour ravitailler cette grande ville. Il y parvint non sans combattre à chaque pas, et fit, à Granollers, sa jonction avec la garnison qui avait détaché 2000 hommes à sa rencontre.

    Lorsqu’il eut introduit dans Barcelone le convoi qu’il escortait, il revint à Hostalrich à portée de l’armée ennemie dans la prévoyance d’une attaque de flanc. En effet O’Donnel, qui la commandait alors, après s’être concentré à Manresa, déboucha sur Vich. Mais aux approches de cette ville, il fut contenu par la division qui s’y était postée et, lorsqu’elle eut reçu des renforts, il fut battu et rejeté sur la Segre.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso