Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 16 janvier 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

     

    Le début du siège de Tarragone

    D’après « Précis des campagnes et des sièges d’Espagne et de Portugal de 1807 à 1814 »
    Jacques Vital Belmas, Antoine-Marie Augoyat – 1839

     

    Cette place est en face et à peu de distance de Jurumenha, poste de guerre de Portugal, situé sur la rive droite de la Guadiana, dont il défend le passage, facile en cet endroit.

    Les Espagnols avaient fait la faute d’y mettre 4 160 hommes de garnison, avec 18 bouches à feu pour tout armement ; peu de poudres, peu de vivres. On profita habilement de ces circonstances pour abréger les travaux d’attaque, et l’on n’attendit pas, pour les commencer, l’arrivée de l’équipage destiné au siège de Badajoz, dont la marche avait été retardée par l’état des chemins de la Sierra Morena.

    On s’empara d’abord d’une lunette détachée que l’ennemi n’avait pas occupée, et l’on y établit 4 pièces de 8 pour ricocher la courtine du front d’attaque. On déboucha d’un ravin, et l’on ouvrit une première parallèle, à peu près dans l’emplacement de la troisième parallèle ordinaire des sièges. Elle fut achevée la 6e nuit. On construisit une batterie à ricochet à l’extrémité gauche de la parallèle.

    La 9e nuit, on couronna le chemin couvert. On aurait pu le couronner plus tôt, si l’on n’avait pas manqué de gabions. L’artillerie ouvrit son feu de plein fouet ; les batteries étaient trop rapprochées de la place pour tirer à ricochet. Le matin, deux batteries de brèche, pour dix pièces, furent commencées dans le couronnement du chemin couvert. En 24 heures elles furent construites. Le génie creusa un puits de mine pour renverser la contrescarpe.

    Le 22 janvier, 11e jour du siège, les batteries de brèche, armées de pièces de 12, commencèrent à tirer contre les deux faces du bastion d’attaque et contre les flancs qui le défendaient. Après trois heures de feu, les maçonneries des escarpes étaient fortement entamées.

    Le gouverneur, sommé de se rendre, capitula. La garnison fut prisonnière de guerre.

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso