Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 6 janvier 2012 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

    Le 6 janvier 1793 - Le combat de Hochheim dans EPHEMERIDE MILITAIRE Adam-Philippe-Custine-150x150

    Le combat de Hochheim

    D’après « Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français depuis 1792 »
    Charles Théodore Beauvais de Préau – 1854

     

    L’armée qui venait de subjuguer la Belgique et celles qui avaient conquis la Savoie et le comté de Nice étaient entrées dans leurs quartiers d’hiver. Custine seul, pressé par les Prussiens, tenait encore la campagne. Obligé d’évacuer Francfort devant des forces supérieures, il s’était retiré à Mayence, et n’avait pas tardé à se voir suivi par les ennemis. Sans l’âpreté de la saison, il eût vu presque aussitôt le duc de Brunswick et le roi de Prusse en personne former le siège de cette place importante.

    Dès le 14 décembre, leur avant-garde s’était emparée du poste de Hochheim, et dès lors les Francais se trouvèrent resserrés à la droite du Rhin, sur une petite langue de terre très étroite, de Kostheim à Bibrich.

    Custine, appréhendant d’être bientôt assiégé dans Mayence, se hâta de mettre cette place en état de siège, et de faire travailler activement à l’amélioration de ses fortifications. Cependant son armée, forte de 30 000 hommes, occupait toujours les dehors de la ville, et les commissaires de la Convention Rewbell, Haussmann et Merlin de Thionville s’étant alors rendus à Mayence, le général français, qui croyait de son intérêt de leur prouver son dévouement, voulut leur donner le spectacle d’une opération militaire.

    Le 2 janvier, il envoya en conséquence huit bataillons avec douze pièces de canon, aux ordres des généraux Bouchard et Sédillot, pour reprendre les postes de Hochheim et de Kostheim. Les Prussiens, qui se tenaient à peine sur leurs gardes, furent facilement repoussés, et les deux villages restèrent au pouvoir des Français.

    Mais, dans la nuit du 5 au 6, l’ennemi, qui ne voulait point abandonner la possession de ces deux postes, reparut en force pour les attaquer. Favorisé par une neige épaisse qui tombait en abondance, il s’avance et tombe sur les Français à l’improviste.

    Les premières gardes sont égorgées, les secondes se replient. L’alarme se répand aussitôt parmi les soldats. Pris à revers par une colonne, tandis que d’autres l’attaquent de front, Sédillot, qui occupait Hochheim, se trouve tout à coup enveloppé dans le village. Néanmoins, n’écoutant que son courage, il s’élance à la tête des troupes qu’il a ralliées, se fait jour à travers les bataillons ennemis, et se retire à Cassel, laissant sur le champ de bataille cinq cents hommes et les douze pièces de canon qu’il avait emmenées de Mayence.

    Houchard, qui n’avait point été attaqué, se retira également à Cassel. Tel fut le résultat de la courtoisie de Custine envers les représentants du peuple.

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso