Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 28 août 2011 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     Journal d'un soldat français en Afghanistan dans COIN BOUQUINS couverturelivre-150x150

    Un document exceptionnel né d’une expérience unique.

     

    Près de 4 000 soldats français sont actuellement déployés en Afghanistan, et depuis 2001, près de 50 000 soldats français ont combattu là-bas. Le nombre de soldats morts s’élève malheureusement à 74 à ce jour.

    Mais que savons-nous de ces militaires, des missions qu’ils réalisent loin de chez eux, de leurs motivations, de ce qui fait leur quotidien ?

    En janvier 2010 et pour la première fois, Christophe Tran Van Can, sergent au 21e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) de Fréjus, a rédigé et publié son journal en étroite collaboration avec Nicolas Mingasson, photographe du Figaro Magazine, seul reporter autorisé par l’état-major des armées (EMA) à suivre les opérations de combats en Kapisa, l’une des régions les plus dangereuses d’Afghanistan.

    Le sergent Christophe Tran Van Can a 28 ans. Il nous fait vivre de l’intérieur ses joies et ses peines, nous raconte son quotidien fait de patrouilles, de prises de risques et de combats, lesquels peuvent durer pendant des heures.

    Moins de trois mois de présence en Kapisa, le sous-officier est épuisé. « Le rythme des missions s’est accéléré. Je n’en peux plus. Nous n’en pouvons plus ! » avoue-t-il.

    « Nous n’avons plus une seule minute à nous. Nous rentrons du terrain pour nous laver, nous raser, dormir quelques heures puis enchaîner déjà sur une autre mission » explique-t-il à la date du 18 août. Et de poursuivre : « Dans la section, tout le monde a le sentiment d’être à son maximum, de vivre un risque permanent ».

     

    Le sergent évoque aussi des rumeurs au sujet du commandement qui circulent à la base avancée. Ces bruits qui courent disent que « les chefs, à Nijrab ou plus haut, trouvent que nous n’en faisons pas assez, que le rythme des missions peut encore s’accélérer » et que « s’il n’y a pas de blessés ni de morts, c’est que l’on peut aller plus loin ! ». « C’est tout simplement fou, insupportable » s’exclame-t-il.

    Ce témoignage révèle la véritable existence de ces hommes au métier extraordinaire et méconnu. Il nous fait découvrir, qu’avant tout, la guerre n’a rien de virtuel et que derrière le soldat se cache aussi un mari et un père.

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso