Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 9 juillet 2010 - Par Au fil des mots et de l'histoire

     

     

    D’après des extraits de la monographie imprimée
    « Des changements dans le climat de la France – Histoire de ses révolutions météorologiques »
    du docteur Joseph-Jean-Nicolas Fuster, éditée en 1845.

    Grandes pluies dans les contrées du Midi

    XIe siècle

    - L’année 1010 essuya des pluies extraordinaires.

    XIIe siècle

    - Des pluies presque incessantes pendant deux mois en 1196, décidèrent une inondation terrible du Rhône et de la Saône.

    XIVe siècle

    - Il y eut de très grandes inondations au mois de septembre 1331, en Aragon et en Provence.
    - Après d’abondantes pluies, le Rhône et la Durance sortirent de leur lit au mois de novembre 1358 et répandirent leurs eaux, fort loin dans la campagne.
    - On cite encore les pluies ou l’humidité des années 1374 et 1390.

    XVe siècle

    - Grandes pluies en 1440 et 1456.
    - L’hiver de 1495 produisit aussi beaucoup de pluies, et l’été suivant de nombreux orages.

    XVIe siècle

    - Les années 1510, 1518 et 1529 ne furent pas moins humides et pluvieuses.
    -
    En 1544, le Rhône déborda le 11 novembre, renversa 390 mètres des remparts d’Avignon et couvrit toute la plaine durant huit jours.
    - Les pluies de 1566 furent orageuses.
    - En 1578 et 1579, les eaux du Rhône débordé séjournèrent dans les champs depuis le mois d’octobre jusqu’au mois de février.
    - Des orages et des inondations marquèrent également les années 1580 et 1581.
    - En 1583, le Rhône renverse les remparts d’Arles et inonde la Camargue.

    XVIIe siècle

    - La Camargue fut encore couverte par le Rhône en 1674.

    XVIIIe siècle

    - Les pluies de 1745 causèrent de grandes inondations : il en tomba 1840 millimètres à Nîmes, 844 millimètres à Toulon, et 830 millimètres à Bordeaux.
    -
    Les pluies de 1766 font époque dans le Midi. On les observa durant l’automne sur une grande partie de ces contrées. Elles ravagèrent Albi, Montauban, Sète, Montpellier, la Provence et le Roussillon. Ces pluies orageuses éclatèrent au mois d’octobre. A Montpellier, il plut le 13 pendant huit heures consécutives. Dès lors, toutes ses rivières débordèrent et submergèrent les champs, les vignes et des troupeaux entiers. Ces premières pluies ne furent encore que très légères auprès des pluies du mois de novembre. Une tempête furieuse en donna le signal le 14, vers dix heures du soir. Elles se soutinrent avec violence toute la journée du lendemain et continuèrent jusqu’au 22 presque sans interruption. Les académiciens de Montpellier en estimèrent la quantité : la seule journée du 14 octobre parait en avoir fourni au moins 392 millimètres, et la période entre le 14 et le 17 octobre, 541 millimètres !
    -
    Une humidité excessive se joignit aux chaleurs des années 1771 et 1773.
    -
    Des pluies copieuses tombèrent encore dans le Midi en 1783. A Montpellier, l’hiver, qui avait été très humide, fut suivi d’un été extrêmement pluvieux, obscurci d’ailleurs par les vapeurs si connues de cette année. Les pluies dont il s’agit excédèrent les pluies moyennes de l’été, de 97 millimètres. Le nombre total des jours de pluie en produisit 24 de plus que le chiffre moyen de l’année. La Provence nagea comme le Languedoc, dans une grande humidité. Enfin, le 15 janvier, une crue de la Saône à Lyon emporta le pont en pierre de la chaussée de Perrache.
    - L’année 1792 eut à la fois des pluies excessives, des brouillards froids et infects, des orages et des gelées tardives ou anticipées.

    XIXe siècle

    - De longues pluies régnèrent en 1806 dans le Languedoc et la Provence.
    - Les pluies de 1814 se montrèrent en Roussillon, à Toulouse, à Marseille, à Joyeuse et à Viviers.
    - Les pluies et les jours pluvieux ne s’accrurent pas moins en 1819.
    - En 1827, la somme des pluies s’éleva également au dessus de la moyenne d’une centaine de millimètres à Marseille et d’environ 150 millimètres à Tarbes.
    - Les grandes pluies de 1834 tombèrent au printemps, en été et en automne. Elles provoquèrent le débordement de presque toutes les rivières du Midi, notamment du Rhône et de la Gironde. 

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso