•  

    Qu’a-t-on appelé le « camp des castors » ? dans LE SAVIEZ-VOUS ? bergenopzooom-150x150

     

    Le « camp des castors » fut le nom donné à un campement des troupes françaises en 1793, sous les ordres du général Dumouriez, lors de l’invasion de la Hollande.

    Le 17 février 1793, le corps d’expédition, pénétra sur le territoire hollandais, où il s’établit dans des cantonnements très serré depuis Berg-op-Zoom jusqu’à une lieue de Breda. Le 27, les Français prenaient la ville de Breda, puis immédiatement après, le petit fort de Klundert.

    Après ce premier succès, le général Berneron reçut ordre d’aller assiéger Williemstadt, et d’Arçon celui de se porter devant la place de Gertruydenberg pour en faire aussi le siège. Dumouriez désirait surtout s’en emparer comme d’un point qui pouvait protéger son passage du Moërdyck. Devaux se présenta le 1er mars devant le commandant de la place et lui fit une sommation. La réponse fut négative et fière. Déjà le lieutenant colonel Lamarlière faisait des préparatifs pour tirer boulets rouges, lorsque le colonel Devaux porta de nouveau au gouverneur une seconde sommation conçue en termes si pressants, qu’il se résigna à capituler, aux mêmes conditions que Breda.

    Dumouriez entra dans la ville au moment de la signature, et dîna le même jour avec le vieux gouverneur. Cette nouvelle conquête valut à l’armée plus de 150 pièces de canon, 200 milliers de poudre, près de 3,000 fusils neufs, et, ce qui était bien plus précieux dans le moment, un excellent port et une petite flottille de bâtiments de diverses grandeurs, presque suffisante pour lui permettre d’effectuer enfin le passage du Moërdyck.

    Dumouriez avait son quartier général au bord de ce bras de mer, et de là il dirigeait les manœuvres de ses colonnes et veillait aux différents sièges qui se faisaient à droite et à gauche. Pour dérouter la cour de La Haye, qui, semblant ignorer, ou peut-être ignorant réellement encore le but de l’expédition, Dumouriez, rassemblant sur Gorcum tous les éléments nécessaires à la défense principale, faisait continuer le siège de Berg-op-Zoom et de Steenberg.Boursier, commissaire-ordonnateur, homme habile et actif, étant parvenu à armer 23 bâtiments, portant des vivres pour 1 200 hommes, il les fit descendre par le canal de Sevenberg à Roovaerts, petite anse très commode à un quart de lieue de Moërdyck, et, par ordre du général en chef, deux batteries, portant mi-canal, furent établies, l’une à Moërdyck pour protéger l’embarquement, 1′autre à Roovaerts pour défendre la flottille qui y stationnait.

    C’était autour de ces deux anses, entourées de canaux, que nos soldats baraquaient dans des huttes couvertes de paille et alignées sur les dunes, baignées par les eaux. Soutenus par l’activité et par la présence de Dumouriez, ils plaisantaient quelquefois sur cette espèce de cantonnement aquatique, qui prit le nom de « Camp des Castors ».

     

    D’après la monographie imprimée d’Abel Hugo
    « France militaire : histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837 «  - Tome 1

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso