Restez à jour: Articles | Commentaires

  • 22 février 2010 - Par Au fil des mots et de l'histoire

    La roche des fées à Gerbépal dans VOSGES PITTORESQUES cartegerbpal-150x150

    D’après une description faite en 1907 dans les Annales de la société d’émulation des Vosges

     

    Située à 3,5 kilomètres à l’est du clocher, au dessus du hameau des Fourneaux, au point d’intersection des limites des communes d’Anould, Ban-sur-meurthe et Gerbépal, la roche des fées est un amas de blocs granitiques adossés l’un à l’autre.

    La vue, qui pourrait s’étendre sur la vallée du Neuné, est génée par les arbres de la forêt. Mais non loin, sur un point plus élevé, on domine la gorge de Straiture, Clefcy, Anould, etc. , c’est-à-dire la vallée de la Haute-Meurthe, avec le Hohneck à l’horizon. Le site est très pittoresque.

     

    « Au temps jadis, le premier vendredi de la première lune qui suivait le dimanche de la Trinité, la roche recevait la visite d’une fée. On la désignait sous la nom de dame Agaisse, à cause d’un cri perçant, assez semblable à celui d’une pie, par lequel elle annonçait son arrivée.

    A ce signal, il n’était homme, ni bête, insecte ou oiseau, ayant gîte dans la forêt, qui n’accourut pour rendre hommage à la fée, comme à sa souveraine. Les arbres eux-mêmes, toutes les plantes, depuis les plus humbles, jusqu’aux plus superbes, inclinaient respectueusement leur front devant elle.

    Il advint pourtant une fois, que les chênes du Hennefête (c’est le nom d’une des sections de la forêt) refusèrent net de remplir leur devoir. Dame Agaisse entra dans une violente colère, et l’on put, à plus d’une lieue de distance, tant elle élevait la voix, l’entendre parler ainsi :
     » Ah ! Chênes orgueilleux, vous vous trouvez trop grands, trop beaux pour vous courber devant moi. Vous étiez les géants de la forêt, vous en deviendrez les nains, sur l’heure. Vous êtes beaux, vous serez laids, difformes, et vous demeurerez ainsi tant que vous existerez ».

    L’arrêt ne fut pas plutôt rendu qu’il fut exécuté. Bien que des centaines d’années se soient écoulées depuis lors, la malédiction de Dame Agaisse pèse toujours sur les chênes du Hennefête.

    Dans la forêt verte et riante, ils font une tache sombre. Tandis que tout à côté d’eux grandit, propère et se renouvelle, ils restent petits, souffreteux, éternellement les mêmes, c’est à dire noueux, galleux, chauves, tordus, bossus, affreux, enfin, à effrayer le passant et à lui soulever le coeur ». (Folklore des Hautes-Vosges par L. F. Sauvé)

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso