Restez à jour: Articles | Commentaires

  • Fromelles : Honneurs et dignité pour les Poilus  dans GUERRE 1914 - 1918 fromellespanoramique1914-150x138cartedefromelles-150x150 dans PAGES D'HISTOIRElesitedelafossecommunedefromelles-150x150lemmorialdefromelles-150x150crmoniefromelles-150x150

    En juillet 1916, en marge de la bataille de la Somme, Fromelles (Nord) fut le théâtre de violents combats entre soldats du Commonwealth (Australiens notamment) et de l’Allemagne, combats qui ont fait quelques 7000 morts et blessés dans les rangs alliés. Du 19 au 20 juillet 1916, en 24 heures, 2000 Australiens sont morts, 3500 ont été blessés et 1500 Britanniques y ont été tués ou blessés.

    Si le village de Fromelles compte déjà, un mémorial australien et un ossuaire, la commune prévoit d’accueillir un nouveau cimetière militaire et un musée sur la première guerre mondiale, à la suite de nouvelles découvertes.

     

     

    En 2007, Lambis Englezos, un historien amateur australien découvre, à proximité d’un bois, un site pouvant correspondre à une fosse commune datant de la première guerre mondiale. Il en est persuadé.

    Depuis six ans, et malgré les réticences des autorités officielles, cet enseignant à la retraite a remué ciel et terre pour prouver l’existence de ces tombes de fortunes. Photos aériennes de l’époque, archives allemandes, registres de la Croix-Rouge, Lambis Englezos a tout épluché. « Tout concorde », assure-t-il avec un brin d’émotion.

    Après de longs pourparlers entre les gouvernements français, britannique et australien, des fouilles sont entreprises en 2008 et le 08 juin, des archéologues de la Glasgow University Archaeological Research Division (GUARD, Glasgow, Écosse) mettent à jour des fosses communes où reposeraient quelque 400 soldats australiens et britanniques disparus lors de la bataille de juillet 1916.

     

    Extrait du journal l’Union du 11 juin 2008

    «Les archéologues ont trouvé dimanche vers 15 heures un insigne de l’ordre du «Soleil Levant», a indiqué Belinda Cole, porte-parole de l’armée australienne. Depuis le début des travaux d’exploration le 27 mai, les scientifiques de la Glasgow University Archaeological Research Division ont exhumé des ossements provenant d’une «trentaine» de corps, selon Belinda Cole. Le ministre australien de la Défense, Warren Snowdon, a quant à lui, salué dans un communiqué «une découverte historique» pour l’Australie.

     

    Extrait du journal La Voix du Nord du 14 juin 2008

    Ces trois semaines ont permis aux archéologues d’apporter la preuve aux gouvernements britannique et australien que «plusieurs centaines» de leurs soldats y avaient été enterrés après la bataille de Fromelles, en juillet 1916, par les troupes allemandes. Il faut maintenant attendre le rapport officiel des chercheurs pour avoir une estimation de leur nombre. «Mais nous connaissons maintenant l’importance de ce site» a dit le général australien O’Brien.

    Avant de refermer les fosses fouillées et de laisser cette parcelle de terre préservée de tout nouveau travail agricole, les gouvernements australien et britannique avaient tenu à organiser une cérémonie «simple, informelle, mais importante» pour rendre un premier hommage aux soldats tombés il y a plus de 90 ans. «Des jeunes hommes morts pour défendre les valeurs qui étaient les leurs. Que leurs corps reposent en paix». Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées, notamment par l’ambassadeur d’Australie et le maire de Fromelles, devant la stèle provisoire qui restera sur le champ.

     

    Elle était là, au premier rang, assise sur une chaise. Privilège de l’âge. A l’heure où s’achevaient les fouilles sur cette parcelle de champ, il ne pouvait en être autrement, Marie-Paule Demassiet (agricultrice à la retraite) se devait d’être là. Sur sa terre. «Nous avons travaillé si longtemps sur ce champ… Aujourd’hui, j’ai mal au coeur de savoir que nous sommes passés sur ces corps». Et devant les caméras australiennes, elle dit : «Ces sépultures ne m’appartiennent pas. Cette terre n’est plus à moi, mais à ceux qui y sont enterrés. J’en ferai don, si on doit y mettre un mémorial accessible à tous».

    Extrait du journal La Voix du Nord du 14 août 2008

    Les fouilles entreprises entre le 26 mai et le 13 juin dans un champ en contrebas du centre de Fromelles par les gouvernements britannique et australien, s’étaient achevées avec une certitude et une interrogation.

    La certitude était que, à cet endroit, reposaient bien, à environ deux mètres sous terre, en bordure de ce que les troupes allemandes avaient baptisé le Bois Faisan, des corps de soldats britanniques et australiens tombés dans les tranchées ennemies durant la bataille de Fromelles (juillet 1916).

    L’interrogation, c’était quel repos allait-t-on offrir à ces centaines de soldats ? Le 13 juin, les ouvertures pratiquées par les archéologues vers les fosses collectives avaient été refermées dans l’attente d’une réponse à cette question. Outre-Manche et dans l’hémisphère sud, où les fouilles avaient été suivies avec intérêt, certains estimaient qu’ils convenaient de laisser désormais les corps reposer en paix sous cette terre, ne pas rouvrir une nouvelle fois les fosses. D’autres prônaient au contraire que le maximum devait être entrepris pour identifier, autant que faire se peut, le maximum de soldats enterrés pour leur offrir une sépulture individuelle.

    Ce qui était sûr, c’est que conformément à la convention de la Commonwealth War Graves Commission, les restes des jeunes combattants ne pouvaient être déplacés. C’est la seconde solution qui a finalement été choisie par les autorités. Limitées durant ces trois semaines de l’été, les fouilles devraient donc reprendre afin d’exhumer l’ensemble des corps et de pouvoir ensuite leur offrir, «une sépulture individuelle, avec les honneurs militaires», souligne le ministre de la défense australien. «C’est la meilleure façon de commémorer le courage de nos soldats et de s’assurer que le souvenir de l’héroïsme dont ils ont fait preuve durant la terrible bataille de Fromelles soit perpétué à jamais», poursuit Warren Snowdon. 

    Un nouveau cimetière militaire va donc être créé sur cette terre fromelloise. Les gouvernements britannique et australien y travaillent dès à présent en accord avec la France mais il n’est pas encore possible, aujourd’hui, d’avancer de dates pour le début des nouvelles fouilles et la création de ce cimetière (côté britannique, on parle de 2009). En premier, il faudra que les gouvernements des anciens alliés deviennent propriétaires du champ. «Cette terre n’est plus à moi, mais aux soldats qui y sont enterrés», nous avait dit Marie-Paule Demassiet, sa propriétaire, au cours de la cérémonie qui avait conclu les fouilles, le 13 juin. «Une proposition généreuse», souligne Warren Snowdon, qui prendra aussi en compte les intérêts des fermiers qui travaillaient ce champ devenu déjà terre de mémoire.

    Extrait du journal La Voix du Nord du 13 février 2009

    En mai dernier, l’émotion était palpable au Bois du Faisan. Les fouilles archéologiques avaient confirmé la présence de quatre cents corps de soldats britanniques et australiens, tombés dans les tranchées des Allemands, qui les avaient enterrés. «Début mai commencera l’exhumation de ces corps. L’appel d’offres a été lancé. Tout est géré par la commission des sépultures militaires», explique le maire de la commune, Hubert Huchette.

     

     

    « Avec les honneurs » 

     

    Sur un terrain à proximité du centre du village et du futur musée dédié à la première guerre mondiale (projet à l’étude), sera donné en juin, le premier coup de pioche du nouveau cimetière militaire. Les Poilus y reposeront en paix dans des sépultures individuelles.

    «Nous allons les enterrer individuellement avec les honneurs que nous leur devons», confiait, ému en septembre, le ministre australien des Sciences et du Personnel de la Défense, Warren Snowdon.

    «Il est normal et approprié que ces hommes courageux qui ont perdu la vie à Fromelles soient enterrés avec les honneurs et la dignité qui correspondent à leur ultime sacrifice», a relevé Derek Twigg, secrétaire d’état aux anciens combattants. «Le nouveau cimetière sera un hommage durable à leur bravoure et un lieu de pèlerinage pour les familles qui ont perdu un proche dans la bataille», a-t-il poursuivi.

     

     

    Site australien (en français) répertoriant le périple des troupes australiennes sur le front occidental.

     

     

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso