Restez à jour: Articles | Commentaires

  •  

     

    Charles RENARD - Pionnier de l'aviation dans LORRAINS CELEBRES charlesrenard1-150x150journaldudimanche26octobre18841-150x150 dans LORRAINS CELEBREScharlesrenardetsesarostiers1-150x150lecolonelrenardsonbureau1-150x150dirigeablelafrance1-150x150

     

    Charles RENARD, né à Damblain (Vosges) le 23 novembre 1847, mort à Meudon (Hauts-de-Seine) le 13 avril 1905, est un ingénieur et inventeur français, aérostier et pionnier de l’aviation. Polytechnicien, colonel et directeur du centre aérostatique militaire de Chalais-Meudon, il consacra toute sa vie à l’aérostation dirigeable et à l’aviation.

    Dès sa sortie de l’école polytechnique en 1868, il imagine de dominer l’ennemi grâce à une arme aérienne. Dès 1872, il entreprend des recherches sur l’aéronautique et en 1875, il est nommé secrétaire de la commission des communications par voies aériennes au ministère de la guerre.

    C’est en 1877 qu’il fonde l’Établissement central de l’aérostation militaire de Chalais-Meudon, qui devient le premier laboratoire d’essais aéronautiques au monde. En 1879, il sollicite de son ministère de tutelle l’établissement d’un hangar (le Hangar Y) nécessaire à la construction et au remisage des ballons et des dirigeables. Le bâtiment permit à Charles Renard et à son équipe, de passer à des réalisations concrètes qui équipèrent les compagnies d’aérostatiers militaires. En quelques années, fut mis au point un matériel d’aérostation qui permit à ces derniers de participer avec succès à plusieurs campagnes militaires : Tonkin (1884), Chine (1900).

    Il modernise l’équipement existant en l’adaptant aux contraintes du terrain. L’efficacité du nouveau matériel d’aérostation est prouvée en quelques années seulement. Charles Renard veut faire progresser la navigation aérienne. La dirigeabilité aérienne est un point faible des aérostats. Il y travaille, aidé de son adjoint, Arthur Krebs. Les deux hommes conçoivent et réalisent un dirigeable fusiforme de 1 864 m3, baptisé « La France ». Doté d’un gouvernail pour les manoeuvres, il est propulsé par une hélice entraînée par un moteur électrique délivrant une puissance de 8,5 CV.

    Le 9 août 1884, à une vitesse de 19,8 km/h, Charles Renard et Arthur Krebs font à Meudon, le premier voyage aérien en circuit fermé. Parti du hangar Y et piloté par ses deux inventeurs, « La France » effectue un virage au-dessus de la ferme de Villacoublay puis revient à son point de départ (un périple de 7,6 km en 23 mn). L’opinion publique, jusque là incrédule, s’enthousiasme pour ce nouveau genre de locomotion.

    Plusieurs tentatives ont eu lieu cette même année : le 12 septembre 1884 (la tentative échoue pour cause de vent trop fort et panne moteur) et le 8 novembre 1884 (un aller et retour vers Boulogne-Billancourt et un vol local).

    En 1885, il mène avec son frère Paul et Adrien Duté-Poitevin, une campagne d’essais concluants, le dirigeable rentrant à son point de départ cinq fois sur sept.

     

    Très inventif, il dépose nombre de brevets dans d’autres domaines dont celui d’un train routier à traction continue » en 1903 qui conservera le nom de « Train Renard« . La particularité de ce fameux train est que toutes les roues sont motrices et passent exactement dans les mêmes traces que les premières de l’ensemble (tramways).

    Il est aussi l’inventeur du « Moulinet Renard » qui permet la mesure de la puissance des moteurs rapides et est à l’origine des « patins » qui équipent les chenilles des chars d’assaut et des pales pour hélicoptères.

     

    Mais son nom est passé à la postérité pour sa contribution à la standardisation des produits manufacturés. En 1870, il constate que l’armée utilise 425 câbles de divers diamètres pour l’attache et la construction de ces appareils. Il calcule que 17 devaient suffire, les diamètres étant en progression géométrique, il s’agirait juste de les définir par classes. Il propose donc une normalisation des valeurs numériques utilisées en système métrique pour la construction mécanique, et particulièrement pour standardiser le diamètre des câbles. L’intervalle de 1 à 10 est divisé en 5, 10, 20 et 40. Il crée alors les séries portant son nom : les « Séries Renard« .

    Surmené par toutes ses études, il tombe malade en 1898. Face à des difficultés administratives, qu’il estime entraver le développement de ses recherches, il se donne la mort dans son laboratoire en 1905.

    En 1984, du 9 au 12 août, le village de Lamarche a vécu à l’heure de l’aéronautique en commémorant le centenaire du décollage du dirigeable « La France ». Ce sont plus de 10000 visiteurs qui ont honoré la mémoire de Charles Renard et de son frère Paul.

  • Laisser un commentaire


18 jule Blog Kasel-Golzig b... |
18 jule Blog Leoben in Karn... |
18 jule Blog Schweich by acao |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 21 jule Blog Hartberg Umgeb...
| 21 jule Blog Desaulniers by...
| 21 jule Blog Bad Laer by caso